L'enquête fait partie du projet urbain "Move It Kanal" visant à stimuler la participation culturelle des jeunes Bruxellois de la zone du canal. Au total, plus de 50 d'entre eux, âgés de 11 à 22 ans, y ont pris part. Vingt enseignants ainsi que des travailleurs culturels et de la jeunesse à Bruxelles ont également été interviewés. Il ressort des entretiens et des groupes de discussions avec les jeunes que ces derniers développent eux-mêmes leurs propres pratiques culturelles, à côté du secteur culturel plus traditionnel. Ce dernier a toujours plus de difficultés à répondre à l'univers des jeunes dans sa programmation. "Les acteurs culturels doivent expérimenter davantage avec des méthodes peer-to-peer (de pair à pair, ndlr). Les jeunes ont aussi besoin de plus de projets participatifs", avance Hanne Stevens, chercheuse attachée à l'Erasmushogeschool Brussel. A cet effet, l'utilisation de jeux et autres médias sociaux peut se révéler utile pour mettre en avant une visite culturelle auprès des jeunes. Les travailleurs de la jeunesse et les enseignants jouent également un rôle de liaison important quand il s'agit de guider les jeunes vers des activités culturelles ou dans le développement de projets culturels en collaboration avec les acteurs du secteur. "La collaboration ne se passe pas toujours sans encombre en raison des différences entre les objectifs et le fonctionnement de ces acteurs. Par exemple, pour les travailleurs de la jeunesse, c'est l'aspect social qui prime. Alors que pour les acteurs culturels, c'est plutôt le côté artistique", explique Hanne Stevens. Les résultats de cette enquête serviront de base au réseau de Move It Kanal, qui s'attèlera par la suite au développement de nouveaux projets culturels novateurs à l'attention des jeunes. (Belga)

L'enquête fait partie du projet urbain "Move It Kanal" visant à stimuler la participation culturelle des jeunes Bruxellois de la zone du canal. Au total, plus de 50 d'entre eux, âgés de 11 à 22 ans, y ont pris part. Vingt enseignants ainsi que des travailleurs culturels et de la jeunesse à Bruxelles ont également été interviewés. Il ressort des entretiens et des groupes de discussions avec les jeunes que ces derniers développent eux-mêmes leurs propres pratiques culturelles, à côté du secteur culturel plus traditionnel. Ce dernier a toujours plus de difficultés à répondre à l'univers des jeunes dans sa programmation. "Les acteurs culturels doivent expérimenter davantage avec des méthodes peer-to-peer (de pair à pair, ndlr). Les jeunes ont aussi besoin de plus de projets participatifs", avance Hanne Stevens, chercheuse attachée à l'Erasmushogeschool Brussel. A cet effet, l'utilisation de jeux et autres médias sociaux peut se révéler utile pour mettre en avant une visite culturelle auprès des jeunes. Les travailleurs de la jeunesse et les enseignants jouent également un rôle de liaison important quand il s'agit de guider les jeunes vers des activités culturelles ou dans le développement de projets culturels en collaboration avec les acteurs du secteur. "La collaboration ne se passe pas toujours sans encombre en raison des différences entre les objectifs et le fonctionnement de ces acteurs. Par exemple, pour les travailleurs de la jeunesse, c'est l'aspect social qui prime. Alors que pour les acteurs culturels, c'est plutôt le côté artistique", explique Hanne Stevens. Les résultats de cette enquête serviront de base au réseau de Move It Kanal, qui s'attèlera par la suite au développement de nouveaux projets culturels novateurs à l'attention des jeunes. (Belga)