En 2015, les attentats de Paris du 13 novembre avaient durement touché le secteur touristique parisien mais aussi bruxellois. Le soir du réveillon de Nouvel An, le taux de fréquentation des hôtels de la capitale belge était en baisse de 64%. D'après les premières estimations, le tourisme bruxellois a depuis repris des couleurs. Malgré l'attaque perpétrée à Berlin le 19 décembre 2016, 85 à 90% des chambres d'hôtels étaient occupées le 31 décembre. "Ces résultats sont encourageants, mais restent encore en-deçà du taux d'occupation de 95% que nous avons connu en 2014, une année normale", tempère Rodolphe Van Weyenbergh, le secrétaire général de la BHA. Selon l'association, la plupart des touristes qui ont fêté le passage à 2017 à Bruxelles étaient étrangers, mais beaucoup de Belges se sont aussi offert un séjour dans la capitale. Les touristes venaient pour la plupart d'Allemagne, des Pays-Bas et de France, a de son côté observé la Fédération Horeca Bruxelles, qui ajoute que les restaurants ont eux aussi profité de ce tourisme essentiellement limitrophe. (Belga)

En 2015, les attentats de Paris du 13 novembre avaient durement touché le secteur touristique parisien mais aussi bruxellois. Le soir du réveillon de Nouvel An, le taux de fréquentation des hôtels de la capitale belge était en baisse de 64%. D'après les premières estimations, le tourisme bruxellois a depuis repris des couleurs. Malgré l'attaque perpétrée à Berlin le 19 décembre 2016, 85 à 90% des chambres d'hôtels étaient occupées le 31 décembre. "Ces résultats sont encourageants, mais restent encore en-deçà du taux d'occupation de 95% que nous avons connu en 2014, une année normale", tempère Rodolphe Van Weyenbergh, le secrétaire général de la BHA. Selon l'association, la plupart des touristes qui ont fêté le passage à 2017 à Bruxelles étaient étrangers, mais beaucoup de Belges se sont aussi offert un séjour dans la capitale. Les touristes venaient pour la plupart d'Allemagne, des Pays-Bas et de France, a de son côté observé la Fédération Horeca Bruxelles, qui ajoute que les restaurants ont eux aussi profité de ce tourisme essentiellement limitrophe. (Belga)