"Notre priorité en matière de don de sang est la sécurité des patients qui ont besoin d'une transfusion sanguine. A cet égard, c'est le comportement sexuel à risque qui importe. L'orientation sexuelle n'a pas d'importance", commente la ministre. Le projet de loi prévoit une exclusion temporaire pour chaque comportement du donneur ou de son partenaire sexuel qui implique un risque de contracter une maladie infectieuse. Avoir un contact sexuel avec un autre homme, en échange d'argent, ou encore avec un partenaire ayant consommé des drogues par voie intraveineuse ou intramusculaire sont par exemple considérés comme des comportements à risque. La période d'exclusion sera de 12 mois. (Belga)

"Notre priorité en matière de don de sang est la sécurité des patients qui ont besoin d'une transfusion sanguine. A cet égard, c'est le comportement sexuel à risque qui importe. L'orientation sexuelle n'a pas d'importance", commente la ministre. Le projet de loi prévoit une exclusion temporaire pour chaque comportement du donneur ou de son partenaire sexuel qui implique un risque de contracter une maladie infectieuse. Avoir un contact sexuel avec un autre homme, en échange d'argent, ou encore avec un partenaire ayant consommé des drogues par voie intraveineuse ou intramusculaire sont par exemple considérés comme des comportements à risque. La période d'exclusion sera de 12 mois. (Belga)