Suite à l'affaire Publipart, un nombre important de fiches de salaires d'hommes politiques ont été rendues publiques. Si les salaires pouvaient sembler dans certains cas importants, allant, en théorie entre 122 000 euros bruts par an à, officiellement, 183 000 euros (si mandats supplémentaires), on ne pouvait dire si ceux-ci étaient fondamentalement plus élevés que ceux de leurs collègues dans les autres pays d'Europe.

Peter De Roover (N-VA) aimerait qu'un bureau externe se penche sur la question. Mais le Standaard a fouillé auprès des parlements nationaux des autres pays et a trouvé quelques éléments qui permettent une comparaison.

Le premier constat est qu'aucun parlement ne paye si bien ses membres que le Parlement européen. Le salaire, les charges fixes et une gestion conservatrice de l'argent dédié à la représentation mènent à un salaire brut de 14.050,05 par mois. Les frais de transport n'étant pas inclus.

En Italie et en Allemagne, les parlementaires ne sont pas loin de ces montants. Ils gagnent respectivement 13.938 et 13.645,59 euros brut. À noter que les parlementaires italiens sont très bien lotis puisqu'ils gagnent six fois plus que le salaire moyen de leurs concitoyens. En Allemagne ce n'est que 4 fois plus. La Belgique se trouve à la sixième place, juste en dessous des Anglais. Avec 9.364 euros brut (le salaire brut annuel ne doit pas être divisé par 12, mais par un peu plus vu que le parlementaire n'a ni 13ème mois ni double pécule de vacances), s'il est bien payé, le parlementaire belge ne gagne que trois fois plus que le salaire moyen des Belges.

Après les pays où les parlementaires gagnent 9000 euros et plus, on retrouve le groupe de fin de peloton où les parlementaires gagnent entre 7.000 et 8.000 euros. Des pays où on retrouve par exemple la Finlande, le Danemark, l'Irlande ou encore la Grèce (même si dans ce pays ils ne gagnent comparativement pas mal leur vie puisque c'est toujours cinq fois plus que le salaire moyen grec). On note aussi des différences de cet ordre voire plus importante pour des pays comme la Slovaquie ou la Letonie.

Le Standaard a tout condensé dans une carte. Pour la voir il faut cliquer ici.

Suite à l'affaire Publipart, un nombre important de fiches de salaires d'hommes politiques ont été rendues publiques. Si les salaires pouvaient sembler dans certains cas importants, allant, en théorie entre 122 000 euros bruts par an à, officiellement, 183 000 euros (si mandats supplémentaires), on ne pouvait dire si ceux-ci étaient fondamentalement plus élevés que ceux de leurs collègues dans les autres pays d'Europe. Peter De Roover (N-VA) aimerait qu'un bureau externe se penche sur la question. Mais le Standaard a fouillé auprès des parlements nationaux des autres pays et a trouvé quelques éléments qui permettent une comparaison. Le premier constat est qu'aucun parlement ne paye si bien ses membres que le Parlement européen. Le salaire, les charges fixes et une gestion conservatrice de l'argent dédié à la représentation mènent à un salaire brut de 14.050,05 par mois. Les frais de transport n'étant pas inclus. En Italie et en Allemagne, les parlementaires ne sont pas loin de ces montants. Ils gagnent respectivement 13.938 et 13.645,59 euros brut. À noter que les parlementaires italiens sont très bien lotis puisqu'ils gagnent six fois plus que le salaire moyen de leurs concitoyens. En Allemagne ce n'est que 4 fois plus. La Belgique se trouve à la sixième place, juste en dessous des Anglais. Avec 9.364 euros brut (le salaire brut annuel ne doit pas être divisé par 12, mais par un peu plus vu que le parlementaire n'a ni 13ème mois ni double pécule de vacances), s'il est bien payé, le parlementaire belge ne gagne que trois fois plus que le salaire moyen des Belges. Après les pays où les parlementaires gagnent 9000 euros et plus, on retrouve le groupe de fin de peloton où les parlementaires gagnent entre 7.000 et 8.000 euros. Des pays où on retrouve par exemple la Finlande, le Danemark, l'Irlande ou encore la Grèce (même si dans ce pays ils ne gagnent comparativement pas mal leur vie puisque c'est toujours cinq fois plus que le salaire moyen grec). On note aussi des différences de cet ordre voire plus importante pour des pays comme la Slovaquie ou la Letonie.Le Standaard a tout condensé dans une carte. Pour la voir il faut cliquer ici.