On entend par paramédicaux les psychologues, le personnel infirmier, le personnel accouchant, les thérapeutes, les kinésithérapeutes, entre autres. En 2018, l'Inasti (Institut national d'assurances sociales pour travailleurs indépendants) comptait 23.884 femmes et 9.812 hommes exerçant une profession paramédicale, soit un rapport de 70,88 % contre 29,12 %. Et en moyenne, dans ce domaine, le revenu annuel des femmes est inférieur de 47,5 % à celui de leurs collègues masculins. "Chez les indépendants, revenus et prestations sont directement liés. Gagner 47% de moins en moyenne peut s'expliquer simplement: travailler moins implique un revenu moindre. Il se pourrait en effet que les femmes prestent moins d'heures par semaine que leurs collègues masculins. Partout sur le marché de l'emploi, nous voyons que les femmes optent plus fréquemment que les hommes pour le congé parental, le crédit-temps, le travail à temps partiel, etc. Il n'y a aucune raison que ce soit différent pour les paramédicaux", explique Nadine Morren, Directrice Service à la clientèle chez Acerta. "Mieux s'organiser grâce aux pratiques de groupe, par exemple, peut permettre de concilier vie privée et vie professionnelle afin que tout le monde puisse effectuer une carrière complète et ainsi gagner un salaire complet", ajoute-t-elle. (Belga)