Les deux dernières Alouette III ont effectué leur dernier vol au départ de la base aérienne de Coxyde, pour rejoindre l'une les réserves du War Heritage Institute (WHI, le parastatal de la Défense dédié à la conservation du patrimoine historico-militaire et à la mémoire) à Landen, en Brabant flamand, et l'autre la base de Beauvechain, en Brabant wallon, où se développe un musée aéronautique. Ces deux appareils, respectivement immatriculés M-1 et M-2, ont été accompagnés lors de quelques passages au-dessus de la base par leur successeur, le NH90 Caïman, en version navale (NFH). Le troisième hélicoptère, le "Mike 3", a pour sa part rejoint - par la route - voici quelques semaines l'École royale des Sous-Officiers (ERSO) située à Saffraanberg, près de Saint-Trond (Limbourg) où il servira à des fins didactiques, a expliqué le commandant de la base, le lieutenant-colonel Reza Vandenbroucke, à la presse. Les Alouette III, entrées en service en avril 1971, avaient au départ été achetées à l'époque par la Force navale, pour assurer, depuis les navires Zinnia et Godetia - ce dernier ayant été retiré du service le 1er juillet dernier -, le soutien logistique et le transport de personnes vers et au départ des navires de lutte contre les dragueurs et chasseurs de mines. Les missions du "Flight Navy" se sont ensuite étendues lorsque ces hélicoptères ont été embarqués à bord de frégates belges ou néerlandaises: opérations de contrôle d'embargo, de lutte contre les trafics de drogue, principalement dans les Caraïbes, et contre la piraterie au large de la Corne de l'Afrique. "Récemment (au printemps), nous avons aussi servi de +Pedro+ (appareil de sauvetage) pour le porte-avions français Charles de Gaulle" dans le Golfe persique, lors d'un déploiement à bord de la frégate Léopold 1, a pour sa part indiqué le commandant du "Flight Navy", le lieutenant de vaisseau de première classe Luc Vanthiegem, à l'agence Belga. (Belga)

Les deux dernières Alouette III ont effectué leur dernier vol au départ de la base aérienne de Coxyde, pour rejoindre l'une les réserves du War Heritage Institute (WHI, le parastatal de la Défense dédié à la conservation du patrimoine historico-militaire et à la mémoire) à Landen, en Brabant flamand, et l'autre la base de Beauvechain, en Brabant wallon, où se développe un musée aéronautique. Ces deux appareils, respectivement immatriculés M-1 et M-2, ont été accompagnés lors de quelques passages au-dessus de la base par leur successeur, le NH90 Caïman, en version navale (NFH). Le troisième hélicoptère, le "Mike 3", a pour sa part rejoint - par la route - voici quelques semaines l'École royale des Sous-Officiers (ERSO) située à Saffraanberg, près de Saint-Trond (Limbourg) où il servira à des fins didactiques, a expliqué le commandant de la base, le lieutenant-colonel Reza Vandenbroucke, à la presse. Les Alouette III, entrées en service en avril 1971, avaient au départ été achetées à l'époque par la Force navale, pour assurer, depuis les navires Zinnia et Godetia - ce dernier ayant été retiré du service le 1er juillet dernier -, le soutien logistique et le transport de personnes vers et au départ des navires de lutte contre les dragueurs et chasseurs de mines. Les missions du "Flight Navy" se sont ensuite étendues lorsque ces hélicoptères ont été embarqués à bord de frégates belges ou néerlandaises: opérations de contrôle d'embargo, de lutte contre les trafics de drogue, principalement dans les Caraïbes, et contre la piraterie au large de la Corne de l'Afrique. "Récemment (au printemps), nous avons aussi servi de +Pedro+ (appareil de sauvetage) pour le porte-avions français Charles de Gaulle" dans le Golfe persique, lors d'un déploiement à bord de la frégate Léopold 1, a pour sa part indiqué le commandant du "Flight Navy", le lieutenant de vaisseau de première classe Luc Vanthiegem, à l'agence Belga. (Belga)