Lors de ces cours à "contact limité", des conditions strictes devront être respectées, comme la distanciation sociale. De plus, la mesure est soumise aux éventuelles "instructions gouvernementales contraires". Les universités, au nord comme au sud du pays, ont, elles, décidé de garder un enseignement à distance jusqu'à la fin du quadrimestre, soit en juin. Mais les hautes écoles ont davantage de cours pratiques, soulignent-elles. "Pour une série de formes d'enseignement comme les travaux pratiques, l'apprentissage sur le lieu de travail, les stages ou pour une série de formations comme en art, dans le secteur des soins de santé ou l'enseignement, les leçons numériques ne sont pas possibles. Les hautes écoles flamandes organisent donc à partir du 18 mai la possibilité d'un enseignement à contact limité mais uniquement pour les activités essentielles." Du côté de la Fédération Wallonie-Bruxelles, le porte-parole de la ministre de l'Enseignement supérieur, Valérie Glatigny, avait indiqué en début de semaine que "la circulaire prévoit la suspension de l'enseignement en présentiel et le basculement vers l'enseignement à distance jusqu'au 5 avril. "Nous verrons s'il faut prolonger la mesure après Pâques. En fonction de la situation, les hautes écoles seront amenées à se positionner". (Belga)

Lors de ces cours à "contact limité", des conditions strictes devront être respectées, comme la distanciation sociale. De plus, la mesure est soumise aux éventuelles "instructions gouvernementales contraires". Les universités, au nord comme au sud du pays, ont, elles, décidé de garder un enseignement à distance jusqu'à la fin du quadrimestre, soit en juin. Mais les hautes écoles ont davantage de cours pratiques, soulignent-elles. "Pour une série de formes d'enseignement comme les travaux pratiques, l'apprentissage sur le lieu de travail, les stages ou pour une série de formations comme en art, dans le secteur des soins de santé ou l'enseignement, les leçons numériques ne sont pas possibles. Les hautes écoles flamandes organisent donc à partir du 18 mai la possibilité d'un enseignement à contact limité mais uniquement pour les activités essentielles." Du côté de la Fédération Wallonie-Bruxelles, le porte-parole de la ministre de l'Enseignement supérieur, Valérie Glatigny, avait indiqué en début de semaine que "la circulaire prévoit la suspension de l'enseignement en présentiel et le basculement vers l'enseignement à distance jusqu'au 5 avril. "Nous verrons s'il faut prolonger la mesure après Pâques. En fonction de la situation, les hautes écoles seront amenées à se positionner". (Belga)