La réunion de vendredi sera la première occasion pour la commissaire européenne au Commerce Cecilia Malmström de présenter le CETA dans sa dernière version - toilettée et dotée d'un nouveau système de règlement des différends entre investisseurs et Etats - et la première occasion pour les ministres de prendre connaissance du texte. Aucune décision n'est attendue ce vendredi. L'opposition au CETA a progressivement grandi, dans la foulée de celle au traité négocié avec les Etats-Unis (TTIP), au point que le Parlement wallon a voté une résolution demandant au gouvernement wallon de ne pas accorder les pleins pouvoirs au gouvernement fédéral pour signer le traité UE-Canada. Avant d'arriver à cette étape, il faudra d'abord que les ministres décident si le CETA relève uniquement des compétences européennes - auquel cas il ne devra être signé qu'au niveau européen - ou s'il s'agit d'un traité mixte - ce qui impliquerait alors les parlement nationaux, et régionaux en Belgique. Le vice-chancelier allemand et ministre de l'Economie Sigmar Gabriel a annoncé sa venue expresse pour plaider pour un traité mixte. Les ministres feront aussi le point sur les négociations en cours pour conclure un partenariat transatlantique de libre-échange avec les USA (TTIP), qu'Américains et Européens espèrent encore conclure avant la fin du mandat de Barack Obama. (Belga)

La réunion de vendredi sera la première occasion pour la commissaire européenne au Commerce Cecilia Malmström de présenter le CETA dans sa dernière version - toilettée et dotée d'un nouveau système de règlement des différends entre investisseurs et Etats - et la première occasion pour les ministres de prendre connaissance du texte. Aucune décision n'est attendue ce vendredi. L'opposition au CETA a progressivement grandi, dans la foulée de celle au traité négocié avec les Etats-Unis (TTIP), au point que le Parlement wallon a voté une résolution demandant au gouvernement wallon de ne pas accorder les pleins pouvoirs au gouvernement fédéral pour signer le traité UE-Canada. Avant d'arriver à cette étape, il faudra d'abord que les ministres décident si le CETA relève uniquement des compétences européennes - auquel cas il ne devra être signé qu'au niveau européen - ou s'il s'agit d'un traité mixte - ce qui impliquerait alors les parlement nationaux, et régionaux en Belgique. Le vice-chancelier allemand et ministre de l'Economie Sigmar Gabriel a annoncé sa venue expresse pour plaider pour un traité mixte. Les ministres feront aussi le point sur les négociations en cours pour conclure un partenariat transatlantique de libre-échange avec les USA (TTIP), qu'Américains et Européens espèrent encore conclure avant la fin du mandat de Barack Obama. (Belga)