Ce plan doit permettre à la Belgique de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 35% à l'horizon 2030, mais aussi contribuer à ce que l'objectif européen d'une part d'au moins 32% d'énergie renouvelable dans le mix énergétique soit atteint à la même échéance. Le volet flamand de ce plan s'est longtemps fait attendre. Juste avant le sommet sur le climat de l'ONU à Madrid la semaine dernière, l'exécutif Jambon est finalement parvenu à s'entendre pour réduire les émissions de CO2 de la Flandre de 32,6% d'ici 2030, avec l'espoir que les 35% soient tout de même atteints grâce à des innovations technologiques. La Wallonie vise quant à elle une réduction de ses émissions de 55% d'ici 2030 et la neutralité carbone d'ici 2050, tout comme la Région de Bruxelles-Capitale, qui ambitionne elle de faire baisser ses émissions d'au moins 40% d'ici 2030. Le volet fédéral du plan porte lui l'ambition de renforcer le transport ferroviaire en investissant 35 milliards d'euros sur la période de référence. Ce montant représente l'évolution des moyens de la SNCB et d'Infrabel à dotation constante auxquels seraient ajoutés 5 milliards d'euros. Il prévoit aussi d'établir un plan en 2021 pour réduire et puis supprimer les subsides pour l'énergie fossile en 2030. Outre les discussions sur le PNEC, le comité de concertation abordera la création d'une conférence interministérielle sur la lutte contre les violences faites aux femmes. Le ministre fédéral de la Justice Koen Geens avait appuyé fin novembre l'idée d'instaurer une telle conférence, après une demande en ce sens formulée par les gouvernements bruxellois, wallon et de la Fédération Wallonie-Bruxelles. La secrétaire d'Etat bruxelloise à l'Egalité des chances, Nawal Ben Hamou (PS), et la ministre francophone en charge des Droits des femmes, Bénédicte Linard (Ecolo), seront présentes mercredi pour évoquer ce point. (Belga)

Ce plan doit permettre à la Belgique de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 35% à l'horizon 2030, mais aussi contribuer à ce que l'objectif européen d'une part d'au moins 32% d'énergie renouvelable dans le mix énergétique soit atteint à la même échéance. Le volet flamand de ce plan s'est longtemps fait attendre. Juste avant le sommet sur le climat de l'ONU à Madrid la semaine dernière, l'exécutif Jambon est finalement parvenu à s'entendre pour réduire les émissions de CO2 de la Flandre de 32,6% d'ici 2030, avec l'espoir que les 35% soient tout de même atteints grâce à des innovations technologiques. La Wallonie vise quant à elle une réduction de ses émissions de 55% d'ici 2030 et la neutralité carbone d'ici 2050, tout comme la Région de Bruxelles-Capitale, qui ambitionne elle de faire baisser ses émissions d'au moins 40% d'ici 2030. Le volet fédéral du plan porte lui l'ambition de renforcer le transport ferroviaire en investissant 35 milliards d'euros sur la période de référence. Ce montant représente l'évolution des moyens de la SNCB et d'Infrabel à dotation constante auxquels seraient ajoutés 5 milliards d'euros. Il prévoit aussi d'établir un plan en 2021 pour réduire et puis supprimer les subsides pour l'énergie fossile en 2030. Outre les discussions sur le PNEC, le comité de concertation abordera la création d'une conférence interministérielle sur la lutte contre les violences faites aux femmes. Le ministre fédéral de la Justice Koen Geens avait appuyé fin novembre l'idée d'instaurer une telle conférence, après une demande en ce sens formulée par les gouvernements bruxellois, wallon et de la Fédération Wallonie-Bruxelles. La secrétaire d'Etat bruxelloise à l'Egalité des chances, Nawal Ben Hamou (PS), et la ministre francophone en charge des Droits des femmes, Bénédicte Linard (Ecolo), seront présentes mercredi pour évoquer ce point. (Belga)