Réuni en assemblée générale vendredi en début d'après-midi, le personnel de la prison de Lantin (Liège), en grève depuis le 22 décembre, a décidé à une très courte majorité de reprendre le travail dès ce samedi matin.

Sur les 108 votants de l'AG, 54 se sont prononcés pour la reprise du travail, 50 contre et 4 se sont abstenus. Si le travail reprendra dès samedi matin, les travailleurs bénéficieront cependant d'une couverture syndicale jusque lundi, 6 heures, "histoire que les travailleurs puissent s'organiser". Le préavis de grève, précise le front commun syndical, n'est que suspendu, "dans l'attente de la concrétisation des promesses du cabinet du ministre de la Justice".

Deux semaines éprouvantes

Les gardiens de la prison étaient partis en grève le 22 décembre pour dénoncer un dangereux sous-effectif dans une prison largement surpeuplée. Le mouvement de grève avait été très durement vécu, en période de fêtes de fin d'année par les détenus et leurs familles, les avocats et les gardiens eux-mêmes.

La négociation avec le cabinet du Ministre de la Justice a permis de débloquer la situation. Le cabinet avait proposé mercredi de renforcer le cadre du personnel d'environ 17 personnes, par engagements ou par transferts. Des travaux de sécurisation du périmètre de la prison et l'achat de talkies-walkies ont également été promis.

Le Vif.be, avec Belga

Réuni en assemblée générale vendredi en début d'après-midi, le personnel de la prison de Lantin (Liège), en grève depuis le 22 décembre, a décidé à une très courte majorité de reprendre le travail dès ce samedi matin. Sur les 108 votants de l'AG, 54 se sont prononcés pour la reprise du travail, 50 contre et 4 se sont abstenus. Si le travail reprendra dès samedi matin, les travailleurs bénéficieront cependant d'une couverture syndicale jusque lundi, 6 heures, "histoire que les travailleurs puissent s'organiser". Le préavis de grève, précise le front commun syndical, n'est que suspendu, "dans l'attente de la concrétisation des promesses du cabinet du ministre de la Justice". Deux semaines éprouvantes Les gardiens de la prison étaient partis en grève le 22 décembre pour dénoncer un dangereux sous-effectif dans une prison largement surpeuplée. Le mouvement de grève avait été très durement vécu, en période de fêtes de fin d'année par les détenus et leurs familles, les avocats et les gardiens eux-mêmes. La négociation avec le cabinet du Ministre de la Justice a permis de débloquer la situation. Le cabinet avait proposé mercredi de renforcer le cadre du personnel d'environ 17 personnes, par engagements ou par transferts. Des travaux de sécurisation du périmètre de la prison et l'achat de talkies-walkies ont également été promis. Le Vif.be, avec Belga