Solidaris avait publié il y a une dizaine de jours les résultats de son "Baromètre confiance et bien-être", réalisé pour la deuxième année consécutive. Cette étude avait montré que les Belges étaient de plus en plus méfiants envers les institutions telles que les partis politiques, les gouvernants et les grosses entreprises, mais de plus en plus confiants envers leur entourage proche (famille et amis). La tendance est la même en France, d'après les résultats comparés de l'étude. L'écart entre la confiance accordée aux acteurs "macro" et aux acteurs "micro" est même plus marqué en France puisque, par exemple, les Français ne sont que 6% à penser que les partis politiques agissent pour améliorer leur vie (contre 11% des Belges). Parallèlement, 90% des sondés français estiment que leur conjoint agit pour améliorer leur vie, contre 81% des sondés belges. De manière plus générale, les Français obtiennent des scores plus élevés au niveau des conditions objectives de vie (58,1 contre 55,8 sur 100), de la qualité du relationnel et de l'image de soi. Mais les Belges se disent en meilleure santé physique. Si 70% des Belges considèrent que les inégalités sociales sont "insupportables dans notre société", cette proportion grimpe à 79% en France. Avec jusqu'à 10 points d'écart, les Français sont aussi nettement plus nombreux à juger que les inégalités de genre, d'accès à la santé, à l'enseignement et à l'emploi sont importantes. Le sondage ne dit toutefois pas si la société française est effectivement plus inégalitaire que la Belgique, ou si les Français sont seulement plus sensibles à ces inégalités. (Belga)

Solidaris avait publié il y a une dizaine de jours les résultats de son "Baromètre confiance et bien-être", réalisé pour la deuxième année consécutive. Cette étude avait montré que les Belges étaient de plus en plus méfiants envers les institutions telles que les partis politiques, les gouvernants et les grosses entreprises, mais de plus en plus confiants envers leur entourage proche (famille et amis). La tendance est la même en France, d'après les résultats comparés de l'étude. L'écart entre la confiance accordée aux acteurs "macro" et aux acteurs "micro" est même plus marqué en France puisque, par exemple, les Français ne sont que 6% à penser que les partis politiques agissent pour améliorer leur vie (contre 11% des Belges). Parallèlement, 90% des sondés français estiment que leur conjoint agit pour améliorer leur vie, contre 81% des sondés belges. De manière plus générale, les Français obtiennent des scores plus élevés au niveau des conditions objectives de vie (58,1 contre 55,8 sur 100), de la qualité du relationnel et de l'image de soi. Mais les Belges se disent en meilleure santé physique. Si 70% des Belges considèrent que les inégalités sociales sont "insupportables dans notre société", cette proportion grimpe à 79% en France. Avec jusqu'à 10 points d'écart, les Français sont aussi nettement plus nombreux à juger que les inégalités de genre, d'accès à la santé, à l'enseignement et à l'emploi sont importantes. Le sondage ne dit toutefois pas si la société française est effectivement plus inégalitaire que la Belgique, ou si les Français sont seulement plus sensibles à ces inégalités. (Belga)