"Tout comme les marchés, les terrasses et les parcs d'attractions, la foire est une activité de plein air qui peut être organisée de manière totalement sécurisée", ont argué dans un communiqué commun la Défense des Forains Belges, l'Union des Industriels Forains Belges, le Vrij Nationaal Syndicaat Der Foorreizigers, l'Union des Industriels Forain de Wallonie et l'Union Fédérale d'Exploitations Foraines. Ces cinq fédérations professionnelles ajoutent que les foires permettent d'offrir des distractions à un niveau local, ce qui peut contribuer à réduire les longs déplacements. Lors du Comité de concertation du 23 avril, la date de reprise du secteur a été repoussée du 1er mai au 1er juin. "Nous exigeons que le Comité de concertation passe cette fois-ci de la parole aux actes et demandons aux autorités locales de commencer à organiser leurs foires", ont plaidé les représentants des forains. "Nous n'acceptons en aucun cas une répétition de 2020". Des bourgmestres avaient renoncé à organiser des fêtes foraines l'an dernier. Les fédérations sectorielles estiment que les forains ont été discriminés en 2020 par rapport à d'autres secteurs, qui ont bénéficié d'un traitement prioritaire. (Belga)

"Tout comme les marchés, les terrasses et les parcs d'attractions, la foire est une activité de plein air qui peut être organisée de manière totalement sécurisée", ont argué dans un communiqué commun la Défense des Forains Belges, l'Union des Industriels Forains Belges, le Vrij Nationaal Syndicaat Der Foorreizigers, l'Union des Industriels Forain de Wallonie et l'Union Fédérale d'Exploitations Foraines. Ces cinq fédérations professionnelles ajoutent que les foires permettent d'offrir des distractions à un niveau local, ce qui peut contribuer à réduire les longs déplacements. Lors du Comité de concertation du 23 avril, la date de reprise du secteur a été repoussée du 1er mai au 1er juin. "Nous exigeons que le Comité de concertation passe cette fois-ci de la parole aux actes et demandons aux autorités locales de commencer à organiser leurs foires", ont plaidé les représentants des forains. "Nous n'acceptons en aucun cas une répétition de 2020". Des bourgmestres avaient renoncé à organiser des fêtes foraines l'an dernier. Les fédérations sectorielles estiment que les forains ont été discriminés en 2020 par rapport à d'autres secteurs, qui ont bénéficié d'un traitement prioritaire. (Belga)