Selon l'étude, plus de deux tiers des agriculteurs ne peuvent vendre une partie de leur production via le canal normal car elle ne répond pas aux critères de qualité esthétique. C'est notamment le cas lorsque les fruits et légumes sont exposés à des conditions climatiques imprévisibles. Plus de la moitié des produits qui ne répondent pas aux critères définis quittent la chaîne alimentaire humaine, soulignent les chercheurs Xavier Gellynck, Sara De Pelsmaeker, Evelien Lambrecht et Heidi Vandenhaute. Les fruits et légumes sont dès lors utilisés comme aliments pour animaux, pour la fermentation, pour le compostage ou ne sont tout simplement pas récoltés, ajoutent-ils. Le secteur a déjà entrepris plusieurs actions en vue de réduire les pertes en la matière. Mais les "criées et les autorités ont leur rôle à jouer", estiment encore les chercheurs. (Belga)

Selon l'étude, plus de deux tiers des agriculteurs ne peuvent vendre une partie de leur production via le canal normal car elle ne répond pas aux critères de qualité esthétique. C'est notamment le cas lorsque les fruits et légumes sont exposés à des conditions climatiques imprévisibles. Plus de la moitié des produits qui ne répondent pas aux critères définis quittent la chaîne alimentaire humaine, soulignent les chercheurs Xavier Gellynck, Sara De Pelsmaeker, Evelien Lambrecht et Heidi Vandenhaute. Les fruits et légumes sont dès lors utilisés comme aliments pour animaux, pour la fermentation, pour le compostage ou ne sont tout simplement pas récoltés, ajoutent-ils. Le secteur a déjà entrepris plusieurs actions en vue de réduire les pertes en la matière. Mais les "criées et les autorités ont leur rôle à jouer", estiment encore les chercheurs. (Belga)