2014-2015 avait toutefois été une "bonne" année en la matière, enregistrant la première baisse depuis trois ans. Il faut ajouter à ce chiffre 1.363 cas de refus de réinscrire un élève, qui se retrouve donc forcé de se tourner vers une autre école.

La grosse majorité des élèves exclus ou refusés sont des garçons (82% des exclus et 78% des refus). Dans la plupart des cas, soit plus de 74% des exclusions et 91% des refus de réinscription, l'indiscipline fait partie des motifs avancés par l'établissement scolaire. Les violences physiques sont invoquées dans un peu moins de 30% des cas, avance Sudpresse.

Proportionnellement à la population scolaire, la capitale comptabilise le plus grand nombre de cas, suivie du Hainaut.

2014-2015 avait toutefois été une "bonne" année en la matière, enregistrant la première baisse depuis trois ans. Il faut ajouter à ce chiffre 1.363 cas de refus de réinscrire un élève, qui se retrouve donc forcé de se tourner vers une autre école. La grosse majorité des élèves exclus ou refusés sont des garçons (82% des exclus et 78% des refus). Dans la plupart des cas, soit plus de 74% des exclusions et 91% des refus de réinscription, l'indiscipline fait partie des motifs avancés par l'établissement scolaire. Les violences physiques sont invoquées dans un peu moins de 30% des cas, avance Sudpresse. Proportionnellement à la population scolaire, la capitale comptabilise le plus grand nombre de cas, suivie du Hainaut.