"Nous sommes impatients de travailler avec le prochain chef du gouvernement britannique. Nous souhaitons éviter un Brexit désordonné et conserver des liens aussi étroits que possibles avec le Royaume-Uni, mais l'accord de retrait ne sera pas renégocié", a affirmé le président du Conseil européen, Donald Tusk. Les dirigeants européens n'ont discuté qu'une dizaine de minutes du Brexit ce vendredi. "Il n'y a rien de neuf", a reconnu le président de la Commission, Jean-Claude Juncker. "Nous avons répété unanimement ce que nous avions exprimé à plusieurs reprises: le traité de retrait n'est pas ouvert à la négociation", a-t-il martelé. L'ancien ministre des Affaires étrangères Boris Johnson et son successeur Jeremy Hunt ont été choisis jeudi soir par les députés conservateurs britanniques pour concourir dans l'ultime étape de la course à la succession de Theresa May. M. Johnson, qui fait figure de grand favori, s'est déclaré prêt à ferrailler pour renégocier avec l'Union européenne, quand bien même celle-ci a exclu cette éventualité. (Belga)