Seule l'ARES (Académie De Recherche Et D'Enseignement Supérieur) est autorisée à communiquer sur l'issue de cette réunion. Les étudiants de l'UCL ont toutefois expliqué que la proposition rencontrait une partie de leurs revendications, mais non l'entièreté. Pour rappel, les étudiants protestent contre la possibilité donnée à l'ARES, depuis juin 2016, d'augmenter le minerval des étudiants internationaux jusque 12.525 euros. Ils s'opposent également à la hausse depuis la rentrée académique de septembre des droits d'inscription pour les étudiants issus d'un pays en voie de développement de 2.758 euros à 4.175 euros. Les pays reconnus comme moins avancés par l'Organisation des Nations unies ou ceux avec lesquels la Fédération Wallonie-Bruxelles a conclu des conventions particulières continuent par contre à être exemptés de droits d'inscription majorés et paient un minerval normal de 835 euros. L'UCL et l'ULB pointent de leur côté le problème du définancement de l'enseignement supérieur. Le recteur de l'UCL Vincent Blondel a notamment rappelé que l'université octroie des aides pour les étudiants internationaux les plus défavorisés jusque 1,5 million d'euros et que les droits d'inscription majorés financent en partie ce fonds. Il estime normal que des étudiants internationaux hors UE qui en ont les moyens contribuent au coût de leur formation, évalué à 10.000 euros par an. Pour la plupart des étudiants internationaux, les universités ne perçoivent pas de financement public. (Belga)

Seule l'ARES (Académie De Recherche Et D'Enseignement Supérieur) est autorisée à communiquer sur l'issue de cette réunion. Les étudiants de l'UCL ont toutefois expliqué que la proposition rencontrait une partie de leurs revendications, mais non l'entièreté. Pour rappel, les étudiants protestent contre la possibilité donnée à l'ARES, depuis juin 2016, d'augmenter le minerval des étudiants internationaux jusque 12.525 euros. Ils s'opposent également à la hausse depuis la rentrée académique de septembre des droits d'inscription pour les étudiants issus d'un pays en voie de développement de 2.758 euros à 4.175 euros. Les pays reconnus comme moins avancés par l'Organisation des Nations unies ou ceux avec lesquels la Fédération Wallonie-Bruxelles a conclu des conventions particulières continuent par contre à être exemptés de droits d'inscription majorés et paient un minerval normal de 835 euros. L'UCL et l'ULB pointent de leur côté le problème du définancement de l'enseignement supérieur. Le recteur de l'UCL Vincent Blondel a notamment rappelé que l'université octroie des aides pour les étudiants internationaux les plus défavorisés jusque 1,5 million d'euros et que les droits d'inscription majorés financent en partie ce fonds. Il estime normal que des étudiants internationaux hors UE qui en ont les moyens contribuent au coût de leur formation, évalué à 10.000 euros par an. Pour la plupart des étudiants internationaux, les universités ne perçoivent pas de financement public. (Belga)