"Les Etats-Unis soutiennent leur allié, les Philippines, face à cette escalade qui menace directement la paix et la stabilité régionales", a déclaré le porte-parole du département d'État Ned Price à Abuja, où le secrétaire d'État Antony Blinken est en déplacement. Jeudi, les Philippines avaient accusé les garde-côtes chinois d'avoir tiré au canon à eau sur les bateaux ravitaillant le personnel militaire philippin dans la très disputée mer de Chine méridionale. Cet acte "accroît les tensions régionales, porte atteinte à la liberté de navigation dans la mer de Chine méridionale garantie par le droit international et compromet l'ordre international", a poursuivi M. Price. Il a averti que les Etats-Unis seraient obligés de réagir en cas d'"agression armée contre les navires philippins", en vertu du traité Etats-Unis - Philippines de 1951 stipulant que Washington est tenu de défendre son allié. Les Philippines ont fait part de leur "indignation" après l'incident qui, selon elles, s'est produit mardi alors que les bateaux philippins se rendaient dans l'atoll Second Thomas, dans les îles Spratleys disputées par les deux pays. Cette mer riche en ressources naturelles suscite des tensions croissantes cette année après que des centaines de vaisseaux chinois ont été repérés près du récif contesté Whitsun, qui se trouve aussi dans l'archipel des Spratleys. La Chine revendique quasiment l'ensemble de la mer, par laquelle transitent chaque année des milliers de milliards de dollars d'échanges commerciaux. La zone est également revendiquée par Brunei, la Malaisie, les Philippines, Taïwan et le Vietnam. (Belga)

"Les Etats-Unis soutiennent leur allié, les Philippines, face à cette escalade qui menace directement la paix et la stabilité régionales", a déclaré le porte-parole du département d'État Ned Price à Abuja, où le secrétaire d'État Antony Blinken est en déplacement. Jeudi, les Philippines avaient accusé les garde-côtes chinois d'avoir tiré au canon à eau sur les bateaux ravitaillant le personnel militaire philippin dans la très disputée mer de Chine méridionale. Cet acte "accroît les tensions régionales, porte atteinte à la liberté de navigation dans la mer de Chine méridionale garantie par le droit international et compromet l'ordre international", a poursuivi M. Price. Il a averti que les Etats-Unis seraient obligés de réagir en cas d'"agression armée contre les navires philippins", en vertu du traité Etats-Unis - Philippines de 1951 stipulant que Washington est tenu de défendre son allié. Les Philippines ont fait part de leur "indignation" après l'incident qui, selon elles, s'est produit mardi alors que les bateaux philippins se rendaient dans l'atoll Second Thomas, dans les îles Spratleys disputées par les deux pays. Cette mer riche en ressources naturelles suscite des tensions croissantes cette année après que des centaines de vaisseaux chinois ont été repérés près du récif contesté Whitsun, qui se trouve aussi dans l'archipel des Spratleys. La Chine revendique quasiment l'ensemble de la mer, par laquelle transitent chaque année des milliers de milliards de dollars d'échanges commerciaux. La zone est également revendiquée par Brunei, la Malaisie, les Philippines, Taïwan et le Vietnam. (Belga)