Le président turc exige à nouveau des Etats-Unis l'extradition du prédicateur Fethullah Gülen, à l'origine, selon Ankara, du putsch avorté du 15 juillet qui a fait 273 morts et 2.000 blessés. "Tôt ou tard les Etats-Unis d'Amérique devront faire un choix: pour la Turquie ou pour Fetö", a déclaré Erdogan cité par l'agence de presse progouvernementale Anadolu. Fetö est l'abréviation en turc du mouvement de Gülen, qui est considéré par la Turquie comme une organisation terroriste. Le coup d'Etat manqué a été suivi par une purge implacable dans l'armée, la justice, l'éducation ou la presse, qui, selon le président Erdogan, ne fait que commencer. Le chef de l'Etat a par ailleurs réussi à mobiliser tous les soirs, notamment sur les places Taksim à Istanbul ou Kazilay à Ankara, des dizaines de milliers de Turcs, brandissant le drapeau rouge national et scandant son nom, des mouvements présentés par le gouvernement comme "en faveur de la démocratie." (Belga)

Le président turc exige à nouveau des Etats-Unis l'extradition du prédicateur Fethullah Gülen, à l'origine, selon Ankara, du putsch avorté du 15 juillet qui a fait 273 morts et 2.000 blessés. "Tôt ou tard les Etats-Unis d'Amérique devront faire un choix: pour la Turquie ou pour Fetö", a déclaré Erdogan cité par l'agence de presse progouvernementale Anadolu. Fetö est l'abréviation en turc du mouvement de Gülen, qui est considéré par la Turquie comme une organisation terroriste. Le coup d'Etat manqué a été suivi par une purge implacable dans l'armée, la justice, l'éducation ou la presse, qui, selon le président Erdogan, ne fait que commencer. Le chef de l'Etat a par ailleurs réussi à mobiliser tous les soirs, notamment sur les places Taksim à Istanbul ou Kazilay à Ankara, des dizaines de milliers de Turcs, brandissant le drapeau rouge national et scandant son nom, des mouvements présentés par le gouvernement comme "en faveur de la démocratie." (Belga)