Les Etats-Unis et l'Otan exhortent la Russie à se conformer au traité INF. Ils accusent Moscou d'avoir développé ces dernières années les missiles 9M729 (SSC8 dans la terminologie de l'Otan), d'une portée de plus de 500 kilomètres et à double capacité (nucléaire et conventionnelle, ndlr). L'Alliance et Washington ont laissé jusqu'au 2 août à la Russie pour se conformer au traité, sans quoi il n'existera plus. Les Etats-Unis ont en effet annoncé le 1er février la suspension de leur participation à ce traité qui interdit les missiles balistiques et de croisière à capacité nucléaire d'une portée comprise entre 500 et 5.500 kilomètres. Moscou a emboîté le pas le lendemain et le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a annoncé dans la foulée sa volonté de développer d'ici deux ans une version terrestre de missiles utilisés jusqu'alors par la Marine russe. M. Esper a cependant annoncé que les Etats-Unis se conformeront au traité INF "jusqu'à la dernière minute". Tout en développant leurs capacités anti-missiles, ainsi que des missiles conventionnels, "mais pas nucléaires", a-t-il souligné. Le secrétaire à la Défense a pointé le danger encouru par les pays du continent européen face à la menace russe. "Avec ces missiles, les nations européennes sont en danger constant. C'est pour cela que nous cherchons actuellement des réponses (à la Russie) ensemble au sein de l'Otan", a-t-il déclaré au terme de la rencontre des ministres de la Défense de l'Alliance. "C'est une dangereuse réalité que Moscou a choisi en créant le missile SSC-8. Peu importe la forme d'agression de la Russie, les Etats-Unis aideront toujours l'Otan à s'adapter", a-t-il assuré. (Belga)