La demande américaine requiert des discussions des 15 membres du Conseil de sécurité "sur les derniers développements liés à l'Iran et les récents incidents concernant des pétroliers", a indiqué l'une de ces sources sous couvert d'anonymat. Donald Trump a affirmé vendredi avoir annulé des frappes de représailles et ne pas être "pressé" de répondre militairement à l'Iran mais, en l'absence d'un ministre confirmé à la Défense depuis décembre, le président américain pourrait suivre l'avis de plusieurs de ses proches conseillers qui préconisent d'adopter une ligne plus dure envers l'Iran. (Belga)