La proposition de la Commission suscite la polémique, après qu'il est apparu que le géant américain de la chimie Monsanto a influencé des études scientifiques pour éviter que son herbicide vedette, le Round up, ne soit qualifié de "cancérigène". La Commission, quant à elle, s'en tient à l'avis de l'agence européenne des produits chimiques (ECHA), qui a conclu que le glyphosate, la substance active du Round up, n'est pas carcinogène. Le permis actuel court jusqu'à la fin de l'année. S'il n'y a pas de majorité qualifiée pour ou contre la proposition, la Commission européenne doit normalement prendre elle-même la décision. Mais le commissaire compétent, Vytenis Andriukaitis, a insisté cette semaine sur le fait qu'il ne veut prendre aucune décision sans le soutien politique des Etats membres. (Belga)

La proposition de la Commission suscite la polémique, après qu'il est apparu que le géant américain de la chimie Monsanto a influencé des études scientifiques pour éviter que son herbicide vedette, le Round up, ne soit qualifié de "cancérigène". La Commission, quant à elle, s'en tient à l'avis de l'agence européenne des produits chimiques (ECHA), qui a conclu que le glyphosate, la substance active du Round up, n'est pas carcinogène. Le permis actuel court jusqu'à la fin de l'année. S'il n'y a pas de majorité qualifiée pour ou contre la proposition, la Commission européenne doit normalement prendre elle-même la décision. Mais le commissaire compétent, Vytenis Andriukaitis, a insisté cette semaine sur le fait qu'il ne veut prendre aucune décision sans le soutien politique des Etats membres. (Belga)