Des membres de la Cour suprême ont affirmé que le monde "moquait" l'Inde à cause de sa gestion des problèmes de pollution atmosphérique, alors que de nombreuses régions du nord du pays disparaissent dans un brouillard de pollution. Les juges, qui ont également relevé que des échantillons d'eau pris à New Delhi ne satisfaisaient pas aux tests de qualité, ont rappelé lundi en audience que les citoyens avaient le droit constitutionnel de vivre dans un environnement sain, non pollué. Les juges ont demandé aux gouvernements des États de justifier pourquoi ils ne devraient pas être tenus responsables d'avoir failli à leurs obligations. La Cour suprême a déclaré qu'elle tenait les gouvernements fédéral et locaux pour responsables de leur incapacité à contrôler les cultures brûlées par les agriculteurs de Delhi et des États voisins. Les brûlages de chaumes, associés à des facteurs climatiques comme un vent faible, s'ajoutent aux émissions issues du trafic intense, de l'industrie et de l'incinération des déchets et ont provoqué d'importants pics de pollution dans la capitale indienne en octobre et novembre. New Delhi, peuplée de 25 millions d'habitants, est l'une des villes les plus polluées au monde. (Belga)

Des membres de la Cour suprême ont affirmé que le monde "moquait" l'Inde à cause de sa gestion des problèmes de pollution atmosphérique, alors que de nombreuses régions du nord du pays disparaissent dans un brouillard de pollution. Les juges, qui ont également relevé que des échantillons d'eau pris à New Delhi ne satisfaisaient pas aux tests de qualité, ont rappelé lundi en audience que les citoyens avaient le droit constitutionnel de vivre dans un environnement sain, non pollué. Les juges ont demandé aux gouvernements des États de justifier pourquoi ils ne devraient pas être tenus responsables d'avoir failli à leurs obligations. La Cour suprême a déclaré qu'elle tenait les gouvernements fédéral et locaux pour responsables de leur incapacité à contrôler les cultures brûlées par les agriculteurs de Delhi et des États voisins. Les brûlages de chaumes, associés à des facteurs climatiques comme un vent faible, s'ajoutent aux émissions issues du trafic intense, de l'industrie et de l'incinération des déchets et ont provoqué d'importants pics de pollution dans la capitale indienne en octobre et novembre. New Delhi, peuplée de 25 millions d'habitants, est l'une des villes les plus polluées au monde. (Belga)