La loi sera effective à partir du 1er octobre. Afin que les enseignants et les collaborateurs des écoles puissent être armés, le personnel devra introduire une demande sur base volontaire et être soumis à un screening ainsi qu'à une formation du bureau du shérif. Le législateur a imaginé cette loi en réponse à la fusillade de Parkland le 14 février 2018, une tuerie en milieu scolaire qui avait fait 17 victimes. Au départ, le programme prévoyait une exception pour le personnel qui travaillait exclusivement en classe. Mais les enseignants ont été ensuite englobés dans cette autorisation des armes à feu dans les écoles. Les partisans de cette loi estiment que les professeurs doivent être capables de défendre leur classe lorsque toutes les autres protections ont échoué. Les démocrates et le syndicat des enseignants s'opposent farouchement à la mesure, arguant qu'elle détériore la sécurité des écoles. Plus tôt cette semaine, une douzaine d'activistes ont déposé une pile de 13.000 signatures demandant au gouverneur de mettre son veto, en vain. (Belga)