"Mais si certaines écoles arrivent à saturation pour ces demandes de garderie, celles-ci peuvent alors fixer des priorités d'accès", en privilégiant d'abord les parents devant être physiquement sur leur lieu de travail, a-t-elle précisé en réponse à plusieurs questions de députés. Ceux-ci relayaient les difficultés vécues par certains parents après 11 semaines de confinement à télétravailler tout en s'occupant de leurs jeunes enfants. D'après ces députés, certaines directions d'écoles n'hésiteraient pas à recourir à des pratiques de dissuasion auprès des parents pour qu'ils gardent leurs enfants chez eux. "Si des parents estiment être face à des situations abusives, ils doivent le faire savoir auprès de l'administration de l'enseignement", a insisté Mme Désir. Un formulaire de dépôt de plainte en ligne a d'ailleurs été rédigé à cet effet. Il est consultable sur le site enseignement.be Selon la ministre Désir, le taux de présence moyen dans les garderies scolaires était de 3 à 4% la semaine dernière, mais ce chiffre va croissant. Au début du confinement mi-mars, il n'était ainsi que de 2%. Devant les députés, Mme Désir a répété qu'en vertu des règles sanitaires actuelles, les écoles seront rapidement dans l'incapacité d'absorber un trop grand nombre d'enfants confiés aux garderies. Si ces normes ne sont pas assouplies, il faudra alors recourir aux dispositifs ATL (Accueil temps-libre) existants dans les communes, a-t-elle conclu. (Belga)

"Mais si certaines écoles arrivent à saturation pour ces demandes de garderie, celles-ci peuvent alors fixer des priorités d'accès", en privilégiant d'abord les parents devant être physiquement sur leur lieu de travail, a-t-elle précisé en réponse à plusieurs questions de députés. Ceux-ci relayaient les difficultés vécues par certains parents après 11 semaines de confinement à télétravailler tout en s'occupant de leurs jeunes enfants. D'après ces députés, certaines directions d'écoles n'hésiteraient pas à recourir à des pratiques de dissuasion auprès des parents pour qu'ils gardent leurs enfants chez eux. "Si des parents estiment être face à des situations abusives, ils doivent le faire savoir auprès de l'administration de l'enseignement", a insisté Mme Désir. Un formulaire de dépôt de plainte en ligne a d'ailleurs été rédigé à cet effet. Il est consultable sur le site enseignement.be Selon la ministre Désir, le taux de présence moyen dans les garderies scolaires était de 3 à 4% la semaine dernière, mais ce chiffre va croissant. Au début du confinement mi-mars, il n'était ainsi que de 2%. Devant les députés, Mme Désir a répété qu'en vertu des règles sanitaires actuelles, les écoles seront rapidement dans l'incapacité d'absorber un trop grand nombre d'enfants confiés aux garderies. Si ces normes ne sont pas assouplies, il faudra alors recourir aux dispositifs ATL (Accueil temps-libre) existants dans les communes, a-t-elle conclu. (Belga)