La diversité se hisse en haut de l'agenda des partis, confirme l'étude européenne. Dans les groupes parlementaires, les hommes blancs restent majoritaires, mais les partis tentent d'attirer les femmes et les minorités. Souvent ces candidats sont davantage élus que les hommes blancs. Mais cette tendance diminue avant que l'équilibre soit atteint. Quand ces profils quittent leurs mandats de leur propre gré, c'est parqu'ils ne se reconnaissent plus dans l'identité du parti ou ne trouvent plus d'endroit où être élus. L'étude menée dans 8 pays européens a balayé 45 législatures entre 1990 et 2015, soit six législatures à la Chambre en Belgique. (Belga)