Parmi les principales matières touchées: les langues modernes, mais aussi les sciences (biologie, physique, chimie) et toute une série de cours techniques (mécanique, carrosserie...). "Il y a un vrai problème structurel. Il est connu depuis longtemps, mais il tend à s'aggraver. Et la pénurie en est une des causes. Car c'est un fait: le métier n'attire plus", explique Laurent Divers, spécialiste de la question au cabinet de la ministre de l'Enseignement Marie-Martine Schyns.

La ministre de l'Enseignement Marie-Martine Schyns (cdH) compte lancer prochainement une importante campagne de promotion du métier d'enseignant pour s'attaquer au problème, écrit la Libre.