Le marché visait initialement les zones de Ham-sur-Heure-Nalinnes et d'Aiseau-Presles sur lesquelles par endroits l'état des masses d'eau n'était pas jugé suffisant ou le fonctionnement des stations d'épuration n'était pas optimal. Il ne comprenait pas en revanche les localités de Gougnies et de Villers-Poterie sur le territoire de la commune de Gerpinnes, ajoutées après les inondations de l'été 2021. Les opérations vont consister à passer, après un nettoyage de la conduite, une caméra accrochée à un robot autotracté dans le réseau pour diagnostiquer l'état structurel et fonctionnel du réseau d'égouttage, a indiqué Laurent Colinet, chef de département collecteurs au sein d'Igretec. Selon ce dernier, les informations récoltées nourriront ensuite des recommandations que l'intercommunale adressera aux communes en termes de priorisation des futurs travaux d'égouttage. Les problèmes pouvant être observés lors de ce genre d'inspection sont multiples. Il peut s'agir par exemple de la présence de dépôts ou de racines ou encore de l'affaissement de conduites, a précisé Laurent Colinet. L'intercommunale Igretec n'est pas le seul organisme d'assainissement agréé à mener ce genre de travaux. Le financement additionnel accordé par la Région Wallonne dans le cadre de son plan de relance à la Société publique de gestion de l'eau (SPGE) a en effet permis à cette dernière d'allouer une série d'enveloppes pour des opérations identiques. (Belga)

Le marché visait initialement les zones de Ham-sur-Heure-Nalinnes et d'Aiseau-Presles sur lesquelles par endroits l'état des masses d'eau n'était pas jugé suffisant ou le fonctionnement des stations d'épuration n'était pas optimal. Il ne comprenait pas en revanche les localités de Gougnies et de Villers-Poterie sur le territoire de la commune de Gerpinnes, ajoutées après les inondations de l'été 2021. Les opérations vont consister à passer, après un nettoyage de la conduite, une caméra accrochée à un robot autotracté dans le réseau pour diagnostiquer l'état structurel et fonctionnel du réseau d'égouttage, a indiqué Laurent Colinet, chef de département collecteurs au sein d'Igretec. Selon ce dernier, les informations récoltées nourriront ensuite des recommandations que l'intercommunale adressera aux communes en termes de priorisation des futurs travaux d'égouttage. Les problèmes pouvant être observés lors de ce genre d'inspection sont multiples. Il peut s'agir par exemple de la présence de dépôts ou de racines ou encore de l'affaissement de conduites, a précisé Laurent Colinet. L'intercommunale Igretec n'est pas le seul organisme d'assainissement agréé à mener ce genre de travaux. Le financement additionnel accordé par la Région Wallonne dans le cadre de son plan de relance à la Société publique de gestion de l'eau (SPGE) a en effet permis à cette dernière d'allouer une série d'enveloppes pour des opérations identiques. (Belga)