Les droits de la défense ont bien été respectés, a souligné la présidente de la commission, Olga Zrihen (PS): convocation dans les délais, temps de préparation à l'audition, rappel du droit au silence, temps laissé pour s'exprimer, etc. Aucune assignation officielle n'a encore été communiquée aux députés visés. Si elle se confirmait, Patrick Prévot (PS) assure qu'elle ne lui ferait "ni chaud ni froid" et qu'il poursuivrait son travail sans sentiment de revanche à l'égard de Nethys, mais avec autant de détermination. Jean-Luc Crucke (MR) estime que Nethys s'est rendu compte que "la poule aux ?ufs d'or lui échappait". Il rappelle l'immunité parlementaire dont disposent les députés. Le moment choisi par Nethys pour annoncer cette action en justice n'est pas anodin, puisque la commission s'apprête à renforcer les règles de la gouvernance publique, a-t-il fait observer. Dimitri Fourny (cdH) va dans le même sens: cette attitude confirme que les dirigeants du groupe Publifin ont toujours eu l'habitude de "faire leurs petits trucs entre eux, avant qu'on ne mette au grand jour les problèmes de gestion et vis-à-vis de la législation". "Ils sont toujours dans le jeu d'influences et les rapports de force". Le député s'est dit déterminé à continuer à "rentrer dans le c?ur de l'institution" Publifin grâce à de nouvelles auditions. Pour Stéphane Hazée (Ecolo), cette nouvelle tentative d'intimidation de Nethys démontre que le groupe n'a pas compris à quel point "le citoyen est éc?uré du scandale". Il a lui aussi dénoncé une attaque contre la démocratie et s'est dit déterminé à poursuivre le travail parlementaire. Dans l'entourage de la commission, certains n'hésitaient pas à dresser un parallèle entre l'attitude de Nethys et celle du Belgo-Kazakh Patokh Chodiev. Cette figure centrale du Kazakhgate avait annoncé le mois dernier qu'il attaquerait l'État belge et la Chambre en justice pour dénoncer l'attitude de la commission d'enquête parlementaire ainsi que les fuites et les déclarations dans la presse. La commission Publifin se réunira en soirée à huis clos pour débattre de son rapport intermédiaire, qu'elle devrait présenter à la presse jeudi après-midi. (Belga)

Les droits de la défense ont bien été respectés, a souligné la présidente de la commission, Olga Zrihen (PS): convocation dans les délais, temps de préparation à l'audition, rappel du droit au silence, temps laissé pour s'exprimer, etc. Aucune assignation officielle n'a encore été communiquée aux députés visés. Si elle se confirmait, Patrick Prévot (PS) assure qu'elle ne lui ferait "ni chaud ni froid" et qu'il poursuivrait son travail sans sentiment de revanche à l'égard de Nethys, mais avec autant de détermination. Jean-Luc Crucke (MR) estime que Nethys s'est rendu compte que "la poule aux ?ufs d'or lui échappait". Il rappelle l'immunité parlementaire dont disposent les députés. Le moment choisi par Nethys pour annoncer cette action en justice n'est pas anodin, puisque la commission s'apprête à renforcer les règles de la gouvernance publique, a-t-il fait observer. Dimitri Fourny (cdH) va dans le même sens: cette attitude confirme que les dirigeants du groupe Publifin ont toujours eu l'habitude de "faire leurs petits trucs entre eux, avant qu'on ne mette au grand jour les problèmes de gestion et vis-à-vis de la législation". "Ils sont toujours dans le jeu d'influences et les rapports de force". Le député s'est dit déterminé à continuer à "rentrer dans le c?ur de l'institution" Publifin grâce à de nouvelles auditions. Pour Stéphane Hazée (Ecolo), cette nouvelle tentative d'intimidation de Nethys démontre que le groupe n'a pas compris à quel point "le citoyen est éc?uré du scandale". Il a lui aussi dénoncé une attaque contre la démocratie et s'est dit déterminé à poursuivre le travail parlementaire. Dans l'entourage de la commission, certains n'hésitaient pas à dresser un parallèle entre l'attitude de Nethys et celle du Belgo-Kazakh Patokh Chodiev. Cette figure centrale du Kazakhgate avait annoncé le mois dernier qu'il attaquerait l'État belge et la Chambre en justice pour dénoncer l'attitude de la commission d'enquête parlementaire ainsi que les fuites et les déclarations dans la presse. La commission Publifin se réunira en soirée à huis clos pour débattre de son rapport intermédiaire, qu'elle devrait présenter à la presse jeudi après-midi. (Belga)