Boris Johnson "a déclaré que si un accord doit être conclu, il faut éliminer le filet de sécurité (sur la frontière irlandaise, ndlr). C'est évidemment inacceptable et ne relève pas du mandat du Conseil européen", a affirmé Michel Barnier dans un couriel adressé aux représentants des 27 autres Etats membres, vu jeudi par l'AFP. Boris Johnson a promis de faire sortir le Royaume-Uni de l'UE coûte que coûte, soulignant jeudi qu'il "préférerait sortir de l'UE avec un accord". Le nouveau Premier ministre n'accepte pas la clause de sauvegarde qui permettrait d'éviter en dernier recours le retour d'une frontière physique entre l'Irlande et l'Irlande du nord, dite "backstop". Sur cette question "notre position n'a pas changé non plus", a expliqué la porte-parole de la Commission, Mina Andreeva, lors d'un point presse. "Nous attendons du Royaume-Uni qu'il respecte ses engagements d'éviter une frontière dure tout en protégeant la place de l'Irlande dans le marché intérieur", a-t-elle déclaré. Le président de l'exécutif européen, Jean-Claude Juncker, s'entretiendra par téléphone avec M. Johnson vers 17h45. (Belga)