"Il y a un lien entre l'augmentation du nombre de contaminations et l'augmentation du testing", a expliqué l'expert. "Cela fait depuis la fin du mois de novembre que les nouvelles contaminations oscillent entre 2.000 et 2.500 par jour", a-t-il ajouté, précisant que sur la même période, les nombres de personnes hospitalisées pour cause de Covid-19 et d'admissions continuent de diminuer lentement. Les hôpitaux belges ont en effet admis quotidiennement 119 personnes contaminées par le Sars-Cov-2 entre le 26 janvier et le 1er février, ce qui représente une diminution de 12% par rapport à la période de sept jours précédente. Il reste cependant "encore une petite augmentation des hospitalisations dans la province de Namur", a relevé Yves Van Laethem. Cela porte le nombre de patients covid actuellement hospitalisés à 1.852, soit 6% de moins qu'il y a une semaine. Parmi eux, 325 sont soignés aux soins intensifs. Un chiffre identique à celui de la semaine dernière. L'augmentation du nombre cas se manifeste partout dans le pays, sauf à Bruxelles et dans la province d'Anvers. La forte augmentation observée la semaine dernière dans la province du Limbourg a fortement diminué et ne s'élève actuellement plus qu'à 8%. C'est actuellement la province du Luxembourg qui connaît la plus forte hausse de nouveaux cas, avec +52%. "Globalement, les augmentations se marquent actuellement plus dans le sud du pays. Il faut se souvenir qu'elles étaient plus importantes il y a quelques jours et quelques semaines dans le nord du pays, ce qui explique la différence", a pointé Yves Van Laethem. Presque tous les groupes d'âge sont concernés. Les plus fortes augmentations s'observent chez les enfants (+40%) et les adolescents (+32%), mais de manière "un peu moins prononcée que la semaine passée", a précisé le virologue. Il rappelle par ailleurs que c'est surtout dans ce groupe que le nombre de tests a augmenté, ce qui explique en bonne partie des diagnostics plus nombreux. Le nombre de décès se maintient, lui aussi, toujours à un niveau similaire depuis plusieurs semaines, avec actuellement une moyenne de 48 morts par jour à déplorer (-6%). "Par rapport à la première vague, nous restons à un niveau important, le même que celui que nous avions dans le courant du mois de mai", a souligné Yves Van Laethem. (Belga)

"Il y a un lien entre l'augmentation du nombre de contaminations et l'augmentation du testing", a expliqué l'expert. "Cela fait depuis la fin du mois de novembre que les nouvelles contaminations oscillent entre 2.000 et 2.500 par jour", a-t-il ajouté, précisant que sur la même période, les nombres de personnes hospitalisées pour cause de Covid-19 et d'admissions continuent de diminuer lentement. Les hôpitaux belges ont en effet admis quotidiennement 119 personnes contaminées par le Sars-Cov-2 entre le 26 janvier et le 1er février, ce qui représente une diminution de 12% par rapport à la période de sept jours précédente. Il reste cependant "encore une petite augmentation des hospitalisations dans la province de Namur", a relevé Yves Van Laethem. Cela porte le nombre de patients covid actuellement hospitalisés à 1.852, soit 6% de moins qu'il y a une semaine. Parmi eux, 325 sont soignés aux soins intensifs. Un chiffre identique à celui de la semaine dernière. L'augmentation du nombre cas se manifeste partout dans le pays, sauf à Bruxelles et dans la province d'Anvers. La forte augmentation observée la semaine dernière dans la province du Limbourg a fortement diminué et ne s'élève actuellement plus qu'à 8%. C'est actuellement la province du Luxembourg qui connaît la plus forte hausse de nouveaux cas, avec +52%. "Globalement, les augmentations se marquent actuellement plus dans le sud du pays. Il faut se souvenir qu'elles étaient plus importantes il y a quelques jours et quelques semaines dans le nord du pays, ce qui explique la différence", a pointé Yves Van Laethem. Presque tous les groupes d'âge sont concernés. Les plus fortes augmentations s'observent chez les enfants (+40%) et les adolescents (+32%), mais de manière "un peu moins prononcée que la semaine passée", a précisé le virologue. Il rappelle par ailleurs que c'est surtout dans ce groupe que le nombre de tests a augmenté, ce qui explique en bonne partie des diagnostics plus nombreux. Le nombre de décès se maintient, lui aussi, toujours à un niveau similaire depuis plusieurs semaines, avec actuellement une moyenne de 48 morts par jour à déplorer (-6%). "Par rapport à la première vague, nous restons à un niveau important, le même que celui que nous avions dans le courant du mois de mai", a souligné Yves Van Laethem. (Belga)