Selon les résultats de ce quiz, auquel plus de 1.300 personnes ont participé entre la mi-octobre et le 11 novembre, 33% des répondants ignorent que le traitement contre le VIH pris par les personnes séropositives leur permet de ne plus transmettre le virus grâce à une charge virale rendue indétectable. Vingt-trois pourcents des répondants ignorent également que les pénétrations sans préservatif sont les pratiques sexuelles les plus risquées pour la transmission du VIH, 21% d'entre eux pensent encore que l'on peut attraper le virus en embrassant une personne séropositive sur la bouche et 18% estiment à tort que se retirer avant l'éjaculation protège les deux partenaires de la transmission du virus. En outre, seulement 31% des répondants sont au courant que le sperme, le sang et le lait maternel peuvent transmettre le virus. À l'inverse, certains pensent à tort que la salive est un vecteur du virus. De plus, à peine 28% des personnes sondées savent qu'après une prise de risque, il faut attendre six semaines pour faire un dépistage du VIH par prise de sang. Un quart des répondants ne savent pas non plus ce qu'est un traitement post-exposition. "Ce médicament d'urgence permet pourtant de limiter au maximum le risque d'être infecté par le VIH après un rapport à risque", souligne la Plateforme prévention sida. Enfin, en matière de discrimination, 23% des répondants ignorent qu'il est interdit à un employeur de licencier un travailleur en raison de sa séropositivité. Pour la Plateforme prévention sida, il est donc impératif de "poursuivre et renforcer les actions d'information et de sensibilisation autour du VIH et des autres infections sexuellement transmissibles". (Belga)

Selon les résultats de ce quiz, auquel plus de 1.300 personnes ont participé entre la mi-octobre et le 11 novembre, 33% des répondants ignorent que le traitement contre le VIH pris par les personnes séropositives leur permet de ne plus transmettre le virus grâce à une charge virale rendue indétectable. Vingt-trois pourcents des répondants ignorent également que les pénétrations sans préservatif sont les pratiques sexuelles les plus risquées pour la transmission du VIH, 21% d'entre eux pensent encore que l'on peut attraper le virus en embrassant une personne séropositive sur la bouche et 18% estiment à tort que se retirer avant l'éjaculation protège les deux partenaires de la transmission du virus. En outre, seulement 31% des répondants sont au courant que le sperme, le sang et le lait maternel peuvent transmettre le virus. À l'inverse, certains pensent à tort que la salive est un vecteur du virus. De plus, à peine 28% des personnes sondées savent qu'après une prise de risque, il faut attendre six semaines pour faire un dépistage du VIH par prise de sang. Un quart des répondants ne savent pas non plus ce qu'est un traitement post-exposition. "Ce médicament d'urgence permet pourtant de limiter au maximum le risque d'être infecté par le VIH après un rapport à risque", souligne la Plateforme prévention sida. Enfin, en matière de discrimination, 23% des répondants ignorent qu'il est interdit à un employeur de licencier un travailleur en raison de sa séropositivité. Pour la Plateforme prévention sida, il est donc impératif de "poursuivre et renforcer les actions d'information et de sensibilisation autour du VIH et des autres infections sexuellement transmissibles". (Belga)