La proportion de conducteurs stressés en Belgique est ainsi deux fois supérieure à celle de nos voisins néerlandais, où elle n'est que de 8%. De plus, seuls 41% des conducteurs belges affirment garder leur calme contre 71% aux Pays-Bas (moyenne européenne à 57%). Selon l'Institut Vias, cette différence importante s'explique par la forte densité du trafic en Belgique et les nombreux embouteillages qui en résultent.

Cette situation entraîne des comportements inciviques, relève l'étude. Ainsi, les automobilistes belges sont parmi les plus grands utilisateurs intempestifs du klaxon (58%), quasi au même niveau que les Italiens et les Grecs, champions d'Europe en la matière (60%). Ils sont également 40% à avouer doubler par la droite. Les Belges sont aussi ceux qui respectent le moins les limitations de vitesse dans les travaux (67%, contre une moyenne européenne à 55%). Enfin, l'alcool au volant reste un problème majeur : les Belges reprennent deux fois plus souvent le volant avec un taux d'alcool dépassant la limite autorisée que leurs voisins européens.

Paradoxalement, les conducteurs belges jouissent d'une bonne réputation à l'étranger puisque 73% des étrangers leur attribuent un adjectif négatif, contre une moyenne européenne de 83%.

La proportion de conducteurs stressés en Belgique est ainsi deux fois supérieure à celle de nos voisins néerlandais, où elle n'est que de 8%. De plus, seuls 41% des conducteurs belges affirment garder leur calme contre 71% aux Pays-Bas (moyenne européenne à 57%). Selon l'Institut Vias, cette différence importante s'explique par la forte densité du trafic en Belgique et les nombreux embouteillages qui en résultent.Cette situation entraîne des comportements inciviques, relève l'étude. Ainsi, les automobilistes belges sont parmi les plus grands utilisateurs intempestifs du klaxon (58%), quasi au même niveau que les Italiens et les Grecs, champions d'Europe en la matière (60%). Ils sont également 40% à avouer doubler par la droite. Les Belges sont aussi ceux qui respectent le moins les limitations de vitesse dans les travaux (67%, contre une moyenne européenne à 55%). Enfin, l'alcool au volant reste un problème majeur : les Belges reprennent deux fois plus souvent le volant avec un taux d'alcool dépassant la limite autorisée que leurs voisins européens.Paradoxalement, les conducteurs belges jouissent d'une bonne réputation à l'étranger puisque 73% des étrangers leur attribuent un adjectif négatif, contre une moyenne européenne de 83%.