Le vaccin serait efficace à 80% contre le coronavirus entre six et huit mois après l'administration de la deuxième dose, selon une étude menée auprès de 18.600 personnes par les autorités de Saint-Marin dans ce micro-état enclavé en Italie, où plus de 70% de la population est vaccinée avec le Spoutnik V. "L'efficacité du Spoutnik 6-8 mois après est beaucoup plus élevée que l'efficacité publiée officiellement pour les vaccins mRNA", a affirmé lors d'une conférence de presse Kirill Dmitriev, le directeur du Fonds souverain russe qui a financé la conception du sérum phare de Moscou. "L'équipe du Spoutnik pense que les vaccins adénoviraux (comme Spoutnik V et Astrazeneca, ndlr) offrent une efficacité plus longue que les vaccins à mRNA en raison d'une réponse plus longue des anticorps et des lymphocytes T", a ajouté le Fonds dans un communiqué. Selon lui, l'efficacité des vaccins dans la durée est "la clé pour résoudre la pandémie", et une moindre efficacité des vaccins utilisés en Europe pourrait expliquer l'augmentation des cas sur le Vieux Continent. M. Dmitriev a par ailleurs mis en avant son vaccin à dose unique, le Spoutnik Light, pour servir de "booster" à d'autres vaccins. "Les combinaisons de vaccins fonctionnent, elles devraient être explorées davantage", a-t-il affirmé, citant des essais menés en Argentine combinant les vaccins Sinopharm et Astrazeneca avec Spoutnik. "Aujourd'hui, nous avons reçu l'autorisation d'utiliser le Spoutnik V sur les jeunes de 12 à 17 ans", a par ailleurs déclaré lors de la conférence de presse Denis Logounov, responsable du groupe ayant développé le vaccin au Centre Gamaleïa de Moscou. Interrogé sur la certification du vaccin russe par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), M. Dmitriev a indiqué qu'une inspection aurait lieu à Moscou en décembre et a souligné que bien que le vaccin russe n'ait pas encore été reconnu, "il est autorisé dans 71 pays et sauve des millions de vies dans le monde". (Belga)

Le vaccin serait efficace à 80% contre le coronavirus entre six et huit mois après l'administration de la deuxième dose, selon une étude menée auprès de 18.600 personnes par les autorités de Saint-Marin dans ce micro-état enclavé en Italie, où plus de 70% de la population est vaccinée avec le Spoutnik V. "L'efficacité du Spoutnik 6-8 mois après est beaucoup plus élevée que l'efficacité publiée officiellement pour les vaccins mRNA", a affirmé lors d'une conférence de presse Kirill Dmitriev, le directeur du Fonds souverain russe qui a financé la conception du sérum phare de Moscou. "L'équipe du Spoutnik pense que les vaccins adénoviraux (comme Spoutnik V et Astrazeneca, ndlr) offrent une efficacité plus longue que les vaccins à mRNA en raison d'une réponse plus longue des anticorps et des lymphocytes T", a ajouté le Fonds dans un communiqué. Selon lui, l'efficacité des vaccins dans la durée est "la clé pour résoudre la pandémie", et une moindre efficacité des vaccins utilisés en Europe pourrait expliquer l'augmentation des cas sur le Vieux Continent. M. Dmitriev a par ailleurs mis en avant son vaccin à dose unique, le Spoutnik Light, pour servir de "booster" à d'autres vaccins. "Les combinaisons de vaccins fonctionnent, elles devraient être explorées davantage", a-t-il affirmé, citant des essais menés en Argentine combinant les vaccins Sinopharm et Astrazeneca avec Spoutnik. "Aujourd'hui, nous avons reçu l'autorisation d'utiliser le Spoutnik V sur les jeunes de 12 à 17 ans", a par ailleurs déclaré lors de la conférence de presse Denis Logounov, responsable du groupe ayant développé le vaccin au Centre Gamaleïa de Moscou. Interrogé sur la certification du vaccin russe par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), M. Dmitriev a indiqué qu'une inspection aurait lieu à Moscou en décembre et a souligné que bien que le vaccin russe n'ait pas encore été reconnu, "il est autorisé dans 71 pays et sauve des millions de vies dans le monde". (Belga)