La concentration moyenne sur 24 heures mesurée était à 12h00 de 40 µg/m³ en Flandre, 47 µg/m³ en Wallonie et 37 µg/m³ à Bruxelles. "En raison des conditions météorologiques plus favorables (renforcement du vent et apport d'air plus sec du nord-est), on ne prévoit pas de dépassement du seuil d'information pour aujourd'hui et les prochains jours", complète CELINE. Depuis dimanche, des concentrations élevées en particules fines étaient enregistrées par les réseaux de mesures des trois régions du pays. Ces hautes concentrations sont dues à la formation "d'aérosols secondaires inorganiques", formés par les réactions entre les NOx (oxydes d'azote émis essentiellement par le trafic) et le NH3 (ammoniac, principalement dû à l'agriculture) dans les conditions météorologiques favorables du printemps. L'inhalation de particules fines est source d'irritation et porte atteinte aux tissus pulmonaires. (Belga)

La concentration moyenne sur 24 heures mesurée était à 12h00 de 40 µg/m³ en Flandre, 47 µg/m³ en Wallonie et 37 µg/m³ à Bruxelles. "En raison des conditions météorologiques plus favorables (renforcement du vent et apport d'air plus sec du nord-est), on ne prévoit pas de dépassement du seuil d'information pour aujourd'hui et les prochains jours", complète CELINE. Depuis dimanche, des concentrations élevées en particules fines étaient enregistrées par les réseaux de mesures des trois régions du pays. Ces hautes concentrations sont dues à la formation "d'aérosols secondaires inorganiques", formés par les réactions entre les NOx (oxydes d'azote émis essentiellement par le trafic) et le NH3 (ammoniac, principalement dû à l'agriculture) dans les conditions météorologiques favorables du printemps. L'inhalation de particules fines est source d'irritation et porte atteinte aux tissus pulmonaires. (Belga)