"Le déficit a été ramené de 246 millions à 197 millions d'euros. Cette marge de 49 millions est essentiellement due à des dépenses non réalisées. C'est une gestion prudente et contrôlée des crédits qui a permis d'atteindre ce résultat", a commenté le ministre. Selon M. Flahaut, le taux d'exécution des dépenses est inférieur de 0,2 % au taux d'exécution moyen enregistré sur la période 2011-2015 et permet ainsi de dégager un solde d'inexécution de 137 millions. Cette manne financière vient compenser la non perception de recettes institutionnelles prévues dans le budget ajusté 2016. "De plus, toutes les politiques ont été maintenues afin de pouvoir répondre aux nombreux défis en matière de petite enfance, d'éducation ou encore de recherche et de culture", a ajouté le ministre, soulignant que cette enveloppe non dépensée contribuait à la diminution de l'endettement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. (Belga)

"Le déficit a été ramené de 246 millions à 197 millions d'euros. Cette marge de 49 millions est essentiellement due à des dépenses non réalisées. C'est une gestion prudente et contrôlée des crédits qui a permis d'atteindre ce résultat", a commenté le ministre. Selon M. Flahaut, le taux d'exécution des dépenses est inférieur de 0,2 % au taux d'exécution moyen enregistré sur la période 2011-2015 et permet ainsi de dégager un solde d'inexécution de 137 millions. Cette manne financière vient compenser la non perception de recettes institutionnelles prévues dans le budget ajusté 2016. "De plus, toutes les politiques ont été maintenues afin de pouvoir répondre aux nombreux défis en matière de petite enfance, d'éducation ou encore de recherche et de culture", a ajouté le ministre, soulignant que cette enveloppe non dépensée contribuait à la diminution de l'endettement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. (Belga)