"La Défense vit des moments difficiles suite aux faits déconcertants de ces derniers jours", reconnait le chef de la Défense (Chod) dans ce "flash" envoyé vendredi à tous les membres - militaires et civils - du personnel et dont l'agence Belga a obtenu samedi une copie.

"Vous suivez sans doute les événements de près, vous vous sentez très impliqués et recevez probablement de nombreuses questions de la part de vos amis et de vos proches. Des centaines de collègues travaillent d'arrache-pied, en étroite collaboration avec la Justice et les services de police, pour résoudre cette situation de crise non seulement le plus rapidement possible, mais surtout de la manière la plus sûre possible", affirme l'amiral Hofman.

Selon lui, l'objectif principal "est et reste d'éviter toute victime" lors de la cavale du caporal-chef Jürgen Coning, 46 ans, un membre de la police militaire (MP) introuvable depuis lundi soir et qui a menacé de s'en prendre à des symboles de l'État, à une mosquée ainsi qu'à des personnalités, dont le virologue Marc Van Ranst.

La Défense apporte tout l'appui nécessaire aux collègues du militaire fugitif et à ceux qui, à tort ou à raison, se sentent menacés, indique le Chod.

"Nous vivons dans un État de droit, nous respectons la liberté d'opinion et nous valorisons la diversité. Mais soyons très clairs : les comportements extrémistes n'ont pas et n'auront jamais leur place au sein de la Défense", assure-t-il.

"Ce qui se passe actuellement est fondamentalement contraire aux valeurs que nous défendons et diffusons en tant que membres du personnel de la Défense, militaires et civils, et au serment que nous avons prêté" (de fidélité au Roi, d'obéissance à la Constitution et aux lois du peuple belge), ajoute l'amiral.

Selon lui, "les leçons que nous en tirerons nous permettront d'en sortir plus forts ensemble".

Il rappelle avoir chargé l'inspecteur général de la Défense, le général-major Peter Devogelaere, de mener une enquête interne "dont les résultats me seront soumis dans les meilleurs délais".

"Je vous demande de continuer à faire preuve du calme nécessaire face à ces événements et à faire montre de retenue dans vos commentaires. Soyez assurés que nous continuons à nous investir pleinement pour mettre fin à cette crise le plus rapidement possible et restaurer la confiance dans la Défense", poursuit l'officier.

Il réaffirme que la Défense n'est pas en mesure de fournir des réponses détaillées aux questions que se posent la presse et le public. "De nombreuses fausses hypothèses et rumeurs circulent à l'heure actuelle. Des réponses aux questions seront apportées le plus rapidement possible", conclut l'amiral Hofman.

"La Défense vit des moments difficiles suite aux faits déconcertants de ces derniers jours", reconnait le chef de la Défense (Chod) dans ce "flash" envoyé vendredi à tous les membres - militaires et civils - du personnel et dont l'agence Belga a obtenu samedi une copie. "Vous suivez sans doute les événements de près, vous vous sentez très impliqués et recevez probablement de nombreuses questions de la part de vos amis et de vos proches. Des centaines de collègues travaillent d'arrache-pied, en étroite collaboration avec la Justice et les services de police, pour résoudre cette situation de crise non seulement le plus rapidement possible, mais surtout de la manière la plus sûre possible", affirme l'amiral Hofman. Selon lui, l'objectif principal "est et reste d'éviter toute victime" lors de la cavale du caporal-chef Jürgen Coning, 46 ans, un membre de la police militaire (MP) introuvable depuis lundi soir et qui a menacé de s'en prendre à des symboles de l'État, à une mosquée ainsi qu'à des personnalités, dont le virologue Marc Van Ranst. La Défense apporte tout l'appui nécessaire aux collègues du militaire fugitif et à ceux qui, à tort ou à raison, se sentent menacés, indique le Chod. "Nous vivons dans un État de droit, nous respectons la liberté d'opinion et nous valorisons la diversité. Mais soyons très clairs : les comportements extrémistes n'ont pas et n'auront jamais leur place au sein de la Défense", assure-t-il. "Ce qui se passe actuellement est fondamentalement contraire aux valeurs que nous défendons et diffusons en tant que membres du personnel de la Défense, militaires et civils, et au serment que nous avons prêté" (de fidélité au Roi, d'obéissance à la Constitution et aux lois du peuple belge), ajoute l'amiral. Selon lui, "les leçons que nous en tirerons nous permettront d'en sortir plus forts ensemble". Il rappelle avoir chargé l'inspecteur général de la Défense, le général-major Peter Devogelaere, de mener une enquête interne "dont les résultats me seront soumis dans les meilleurs délais". "Je vous demande de continuer à faire preuve du calme nécessaire face à ces événements et à faire montre de retenue dans vos commentaires. Soyez assurés que nous continuons à nous investir pleinement pour mettre fin à cette crise le plus rapidement possible et restaurer la confiance dans la Défense", poursuit l'officier. Il réaffirme que la Défense n'est pas en mesure de fournir des réponses détaillées aux questions que se posent la presse et le public. "De nombreuses fausses hypothèses et rumeurs circulent à l'heure actuelle. Des réponses aux questions seront apportées le plus rapidement possible", conclut l'amiral Hofman.