En cas de décès d'un pompier, les proches reçoivent une allocation basée sur son salaire. Ce qui peut ne pas suffire par la suite, par exemple lorsqu'un enfant entame des études, souligne le commandant Jorissen, qui déplore un traitement désavantageux par rapport aux travailleurs du privé, notamment. "La société devrait faire preuve de davantage de solidarité avec les familles des pompiers qui risquent leur vie pour elle. Nous formons une grande famille, mais le fond de solidarité que nous mettons nous-mêmes en place ne suffit pas. Nous avons déjà plaidé pour une réforme de l'allocation versée en cas de décès, mais nous n'avons toujours rien obtenu." (Belga)