Actuellement, les clubs sportifs ne doivent verser que 20% de leurs impôts au fisc. Le reste, ils peuvent l'utiliser librement, hormis le quart qui doit servir à la formation des jeunes. Mais dans la pratique, cela sert régulièrement à payer les salaires des jeunes joueurs dans l'équipe A. Selon le projet de loi sur la table, cette liberté disparaîtra l'année prochaine au profit de nouvelles règles plus strictes en ligne avec la réglementation européenne sur les aides d'Etat. Le projet de loi prévoit ainsi que les clubs ne pourront plus exonérer fiscalement que 4 millions d'euros sur les salaires. Ce sont surtout les grands clubs qui sont visés. Ainsi, le Club de Bruges, qui ne paie que 3 millions au fisc sur un budget salaires de 30 millions d'euros, devra l'année prochaine verser 8 millions de plus au fisc. Sa ristourne fiscale passera ainsi de 12 à 4 millions d'euros. Le projet de réforme détermine aussi comment ces ristournes devront être utilisées à l'avenir. Jusqu'à deux millions d'euros pourront être affectés à la formation des jeunes (mais plus à des salaires pour des jeunes joueurs de l'équipe première), et deux autres millions aux investissements dans le stade. Sur Twitter, le président du MR Georges-Louis Bouchez, a toutefois démenti mercredi matin un quelconque accord au sein du gouvernement à ce sujet, assurant que le projet ne verrait pas le jour. (Belga)

Actuellement, les clubs sportifs ne doivent verser que 20% de leurs impôts au fisc. Le reste, ils peuvent l'utiliser librement, hormis le quart qui doit servir à la formation des jeunes. Mais dans la pratique, cela sert régulièrement à payer les salaires des jeunes joueurs dans l'équipe A. Selon le projet de loi sur la table, cette liberté disparaîtra l'année prochaine au profit de nouvelles règles plus strictes en ligne avec la réglementation européenne sur les aides d'Etat. Le projet de loi prévoit ainsi que les clubs ne pourront plus exonérer fiscalement que 4 millions d'euros sur les salaires. Ce sont surtout les grands clubs qui sont visés. Ainsi, le Club de Bruges, qui ne paie que 3 millions au fisc sur un budget salaires de 30 millions d'euros, devra l'année prochaine verser 8 millions de plus au fisc. Sa ristourne fiscale passera ainsi de 12 à 4 millions d'euros. Le projet de réforme détermine aussi comment ces ristournes devront être utilisées à l'avenir. Jusqu'à deux millions d'euros pourront être affectés à la formation des jeunes (mais plus à des salaires pour des jeunes joueurs de l'équipe première), et deux autres millions aux investissements dans le stade. Sur Twitter, le président du MR Georges-Louis Bouchez, a toutefois démenti mercredi matin un quelconque accord au sein du gouvernement à ce sujet, assurant que le projet ne verrait pas le jour. (Belga)