Les deux races les plus courantes de chats hybrides en Belgique - le Bengal et le Savannah - ont un comportement inadapté à la vie en captivité, soutient le communiqué. En outre, ils présentent un problème de manque de fertilité et leur période de gestation diffère de celle des chats domestiques. "Lors d'accouplements, le risque d'agression est très élevé." Leur élevage et leur détention seront à l'avenir proscrits, sauf pour les Bengal à partir de la cinquième génération.

Les chats "Fold" (Scottish Fold et Highland Fold) souffrent quant à eux d'un problème génétique pouvant entraîner des malformations du cartilage et de très fortes douleurs. Leurs oreilles courtes repliées vers l'avant sont dues à une mutation génétique "qui entraîne des anomalies importantes au niveau du cartilage des oreilles mais aussi de l'ensemble du squelette", souligne la secrétaire d'Etat dans son communiqué. Cette malformation provoque des douleurs importantes et de l'arthrite chronique. L'élevage, la commercialisation et la détention de ces félins seront dès lors interdits, avec pour but final une extinction progressive de la race.

Les propriétaires de chats "Fold" ou hybrides pourront les conserver jusqu'à leur mort à condition qu'ils soient stérilisés. Pour les chats hybrides, leurs maîtres devront demander une autorisation spéciale à la Région bruxelloise.

L'interdiction se base sur deux avis du Conseil bruxellois du bien-être animal.