Vendredi, le rapport annuel du département d'Etat américain a classé pour la deuxième année consécutive la Corée du Nord parmi les Etats soutenant le terrorisme et l'a de nouveau pointée du doigt pour son "implication dans des assassinats en territoire étranger". Le ministère des Affaires étrangères nord-coréen a condamné ce document, qu'il a qualifié de "grave provocation politiquement motivée", a rapporté mardi l'agence officielle nord-coréenne KCNA. Un porte-parole a estimé que les Etats-Unis sont "foyers et meneurs du terrorisme". "Le canal du dialogue entre la RPDC (nom officiel de la Corée du Nord) et les Etats-Unis rétrécit de plus en plus en raison de l'attitude et de la position des Etats-Unis", a-t-il ajouté. Américains et Nord-Coréens se sont rencontrés début octobre en Suède. Pyongyang avait quitté la table des négociations en se disant déçue du manque de solutions "nouvelles et créatives" proposées par Washington. Les pourparlers étaient au point mort depuis l'échec du sommet de Hanoï en février entre le président Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un. Washington et Pyongyang n'étaient alors pas parvenus à s'entendre sur le démantèlement des programmes nucléaires de la Corée du Nord en échange d'une levée des sanctions économiques. Depuis, Pyongyang, qui demande à Washington de changer d'approche d'ici la fin de l'année, a procédé à des tirs de missiles balistiques de courte portée. (Belga)