Le fardeau n'était pas partagé équitablement, car l'Asie a connu le plus fort impact avec 45% des catastrophes, 80% des décès et 76% des personnes touchées. À l'échelle mondiale, l'Indonésie a enregistré près de la moitié des décès (47%), tandis que l'Inde a enregistré le plus grand nombre de personnes touchées (35%). Les séismes ont été le type de catastrophe le plus meurtrier avec 45% des décès, suivis des inondations avec 24%. Les inondations ont touché le plus grand nombre de personnes (50% du total), suivies des tempêtes (28%). Étant donné l'importante superficie de l'Asie, sa population plus élevée par rapport aux autres continents et ses risques multiples, les résultats ne sont pas surprenants, conclut le CRED. Par ailleurs, comparé à la décennie précédente (2008-2017), il y a eu moins de catastrophes en 2018 par rapport à la moyenne annuelle de 348 événements, moins de décès par rapport à une moyenne annuelle de 67.572, un nombre moins important de personnes touchées contre une moyenne annuelle de 198,8 millions de victimes et des pertes économiques moins importantes que la moyenne annuelle de 166,7 milliards de dollars. Ce recul est dû à un plus petit nombre de catastrophes naturelles d'une ampleur comparable à celle du tremblement de terre en Haïti en 2010 (222.500 morts), de la sécheresse de 2015/2016 en Inde (330 millions de personnes touchées) ou, enfin, du séisme et du tsunami au Japon en 2011 (210 milliards de dollars de dommages). Les événements les plus meurtriers de 2018 se sont produits en Indonésie avec le tremblement de terre de septembre qui a engendré 4.340 morts et disparus, suivi d'un autre tremblement de terre en août, qui a fait 564 morts. (Belga)

Le fardeau n'était pas partagé équitablement, car l'Asie a connu le plus fort impact avec 45% des catastrophes, 80% des décès et 76% des personnes touchées. À l'échelle mondiale, l'Indonésie a enregistré près de la moitié des décès (47%), tandis que l'Inde a enregistré le plus grand nombre de personnes touchées (35%). Les séismes ont été le type de catastrophe le plus meurtrier avec 45% des décès, suivis des inondations avec 24%. Les inondations ont touché le plus grand nombre de personnes (50% du total), suivies des tempêtes (28%). Étant donné l'importante superficie de l'Asie, sa population plus élevée par rapport aux autres continents et ses risques multiples, les résultats ne sont pas surprenants, conclut le CRED. Par ailleurs, comparé à la décennie précédente (2008-2017), il y a eu moins de catastrophes en 2018 par rapport à la moyenne annuelle de 348 événements, moins de décès par rapport à une moyenne annuelle de 67.572, un nombre moins important de personnes touchées contre une moyenne annuelle de 198,8 millions de victimes et des pertes économiques moins importantes que la moyenne annuelle de 166,7 milliards de dollars. Ce recul est dû à un plus petit nombre de catastrophes naturelles d'une ampleur comparable à celle du tremblement de terre en Haïti en 2010 (222.500 morts), de la sécheresse de 2015/2016 en Inde (330 millions de personnes touchées) ou, enfin, du séisme et du tsunami au Japon en 2011 (210 milliards de dollars de dommages). Les événements les plus meurtriers de 2018 se sont produits en Indonésie avec le tremblement de terre de septembre qui a engendré 4.340 morts et disparus, suivi d'un autre tremblement de terre en août, qui a fait 564 morts. (Belga)