"Ce soir les Canadiens ont rejeté la division", a lancé le chef du parti libéral devant ses partisans euphoriques réunis au centre de Montréal. Les Canadiens "ont rejeté les coupes et l'austérité et voté en faveur d'un programme progressiste et d'une action forte contre le changement climatique", a poursuivi le Premier ministre. Il avait dénoncé pendant la campagne les coupes budgétaires qui auraient, selon lui, suivi une victoire de son rival conservateur Andrew Scheer et l'intention affichée par celui-ci d'abolir la taxe carbone mise en place par le gouvernement libéral. Manifestement soulagé par sa victoire alors que les sondages le plaçaient au coude-à-coude avec les conservateurs, M. Trudeau a affirmé sa volonté de travailler "pour tous les Canadiens". Il s'est en particulier adressé aux électeurs des provinces pétrolières d'Alberta et de la Saskatchewan, qui n'ont élu aucun député libéral. Ce résultat illustre la défiance de ces provinces envers M. Trudeau et la division du pays entre partisans de l'industrie pétrolière et défenseurs de l'environnement. "Vous formez une partie essentielle de notre grand pays. J'ai entendu votre frustration et je veux vous soutenir. Travaillons ensemble pour rassembler notre pays", a-t-il plaidé. Il a aussi affirmé avoir entendu le message des Québécois qui "veulent s'assurer que la voix du Québec soit encore davantage entendue à Ottawa". Le Bloc québécois, formation indépendantiste, a réalisé un très beau score dans la province francophone, remportant plus de trente sièges et triplant ainsi son score de 2015. (Belga)