Les Bruxellois ont massivement délaissé les transports publics au profit de la voiture et, dans une moindre mesure, du vélo et des autres modes de transport actifs.

La marche à pied est plus souvent pratiquée, passant de près de 10% avant le confinement à plus de 18 %. Ces chiffres sont à mettre en corrélation avec la baisse drastique de l'usage par les Bruxellois des transports en commun. Ainsi, le transport par le tram et le métro passe de 9,51% à 2,68%, tandis que l'usage du bus baisse de 2,27% à 3%.

"Il est évident que quand la situation va revenir à la normale, certaines personnes vont revenir à leur ancien mode de transport. Mais la crise du Covid a constitué une vraie fracture au niveau de la mobilité partout en Europe et je pense qu'une large partie de la population va conserver ses nouvelles habitudes de transport", précise Julien Leblud de l'Institut Vias.

Les Bruxellois et les transports en commun: une annonce biaisée (cabinet Van Den Brandt)

Le baromètre présenté, par médias interposés, par Vias mettant en exergue le fait que l'usage de la voiture n'a jamais été aussi élevé présente une situation largement dépassée dans le temps. Il tire des conclusions pour Bruxelles au départ d'un échantillonnage beaucoup trop faible pour être qualifié de rigoureux, a dénoncé vendredi matin le cabinet de la ministre bruxelloise de la Mobilité Elke Van den Brandt (Groen).

Selon la Libre Belgique et la Dernière Heure, l'usage de la voiture n'a jamais été aussi élevé que durant cette période post-Covid, selon le dernier baromètre de Vias, l'institut belge de la sécurité routière, qui a comparé les habitudes de transport des Belges par rapport à la période avant le confinement. Les Bruxellois ont massivement délaissé les transports publics au profit de la voiture et, dans une moindre mesure, du vélo et des autres modes de transport actifs. La marche à pied est plus souvent pratiquée, passant de près de 10% avant le confinement à plus de 18%. Ces chiffres sont à mettre en corrélation avec la baisse drastique de l'usage par les Bruxellois des transports en commun. Ainsi, le transport par le tram et le métro passe de 9,51% à 2,68%. "Le baromètre a été établi au départ de chiffres remontant à la semaine du 11 mai, soit il y a au moins six semaines, à un moment où le recours au télétravail était plus élevé qu'actuellement. La situation actuelle est totalement différente", a commenté la porte-parole de la ministre Elke Van den Brandt. Pour la semaine en cours, le taux de fréquentation des réseaux bus et tram de la STIB est remonté à 49%. Celui du métro à 45%, a-t-elle ajouté. La porte-parole de la ministre a par ailleurs souligné que l'échantillon de population bruxelloise sur lequel l'étude a été basée était très faible et dès lors sujet à caution: 170 personnes dont à peine un quart de cyclistes.

Les Bruxellois ont massivement délaissé les transports publics au profit de la voiture et, dans une moindre mesure, du vélo et des autres modes de transport actifs. La marche à pied est plus souvent pratiquée, passant de près de 10% avant le confinement à plus de 18 %. Ces chiffres sont à mettre en corrélation avec la baisse drastique de l'usage par les Bruxellois des transports en commun. Ainsi, le transport par le tram et le métro passe de 9,51% à 2,68%, tandis que l'usage du bus baisse de 2,27% à 3%. "Il est évident que quand la situation va revenir à la normale, certaines personnes vont revenir à leur ancien mode de transport. Mais la crise du Covid a constitué une vraie fracture au niveau de la mobilité partout en Europe et je pense qu'une large partie de la population va conserver ses nouvelles habitudes de transport", précise Julien Leblud de l'Institut Vias.