Le Centre Fédéral d'Expertise des Soins de santé (KCE) publie, comme tous les trois ans, un "check-up" du système de santé belge, élaboré en collaboration avec l'Inami et l'Institut Scientifique de Santé Publique (ISP). Selon la 3e édition de cette étude, une grande majorité des Belges se sent en bonne santé (78%). Mais le système de santé belge, qui jouit d'une bonne réputation auprès de la population, présente plusieurs lacunes. L'étude a repéré pas moins de 34 signaux d'alarme. Ainsi, "les objectifs de prévention qui sont fixés à l'échelon international ne sont pas toujours atteints", affirme le KCE. "Et en matière de promotion de la santé, les résultats sont peu glorieux", ajoute l'étude. Certains indicateurs touchant à la santé mentale et aux soins psychiatriques sont également inquiétants, selon l'étude. Le taux de suicide reste élevé, les hospitalisations psychiatriques continuent à progresser et la prise d'antidépresseurs augmente. Enfin, le KCE fait part de son inquiétude quant à la disponibilité des médecins généralistes et des infirmiers, affirmant que la proportion de nouveaux médecins généralistes diplômés n'atteint pas les quotas fixés par la Commission de Planification. (Belga)

Le Centre Fédéral d'Expertise des Soins de santé (KCE) publie, comme tous les trois ans, un "check-up" du système de santé belge, élaboré en collaboration avec l'Inami et l'Institut Scientifique de Santé Publique (ISP). Selon la 3e édition de cette étude, une grande majorité des Belges se sent en bonne santé (78%). Mais le système de santé belge, qui jouit d'une bonne réputation auprès de la population, présente plusieurs lacunes. L'étude a repéré pas moins de 34 signaux d'alarme. Ainsi, "les objectifs de prévention qui sont fixés à l'échelon international ne sont pas toujours atteints", affirme le KCE. "Et en matière de promotion de la santé, les résultats sont peu glorieux", ajoute l'étude. Certains indicateurs touchant à la santé mentale et aux soins psychiatriques sont également inquiétants, selon l'étude. Le taux de suicide reste élevé, les hospitalisations psychiatriques continuent à progresser et la prise d'antidépresseurs augmente. Enfin, le KCE fait part de son inquiétude quant à la disponibilité des médecins généralistes et des infirmiers, affirmant que la proportion de nouveaux médecins généralistes diplômés n'atteint pas les quotas fixés par la Commission de Planification. (Belga)