La Belgique est ainsi cinquième de ce classement très particulier, avec un montant équivalant à 16% du PIB. Chypre (38%) est premier, devant Malte (31%), le Portugal (26%) et la Grèce (23%). Et, selon les auteurs de l'étude, la perte moyenne annuelle de recettes fiscales pour la Belgique s'élevait à 2,6 milliards d'euros, entre 2004 et 2016. Pour déterminer la nationalité du détenteur d'un portefeuille titres non déclarés, l'étude s'est appuyée sur les statistiques de la Banque des règlements internationaux sur les comptes bancaires détenus dans le monde par des non-résidents. "Nous savons très précisément quel pourcentage du volume des dépôts bancaires détenu par des étrangers appartient à des Belges ou des Français dans tous les pays du monde, y compris les paradis fiscaux", explique l'un des auteurs de l'étude, Charles Vellutini, du bureau Ecopa. "Nous avons appliqué ce pourcentage belge ou français au montant mondial des comptes titres non déclarés, ce qui a donné le montant des avoirs dissimulés par les citoyens de chaque pays." (Belga)