La situation s'aggrave pour les banques alimentaires. Selon les dernières estimations de la fédération, aucune nouvelle arrivée de produits européens - qui représentent 48% du total - n'est ainsi attendue avant février.

Le SPF Intégration sociale étudie la possibilité de dégager un budget pour couvrir cette période, mais rien n'est moins sûr, précise l'administrateur de la fédération Jozef Mottar.

La députée Nahima Lanjri (CD&V) avait tiré la sonnette d'alarme mi-octobre, soulignant que les associations qui distribuent les colis ne disposaient pas de lait, de farine, de riz, de pâtes et d'huile alors que la Belgique reçoit 88 millions d'euros de l'Union européenne pour les approvisionner.

Le cabinet du ministre compétent Denis Ducarme (MR) avait reconnu un problème avec les appels d'offres.

La Fédération représente neuf banques alimentaires qui répartissent des biens issus de l'industrie, de la distribution, des criées de fruits et légumes et du Fonds européen d'aide aux plus démunis.

Au total, 157.000 personnes font appel aux colis alimentaires en Belgique.