"Il est souvent frappant de voir des voies réservées aux trams ou aux bus libres, alors qu'à côté, la circulation est totalement à l'arrêt. Nous devons donc nous interroger sur les coûts et les avantages d'une telle initiative", indique Touring jeudi dans un communiqué. L'organisation demande l'instauration de bandes de bus dynamiques afin de soulager le trafic "en cas d'embouteillages entraînés par un accident ou des travaux." "Les infrastructures de transport disponibles doivent être utilisées de façon optimale. Avec les problèmes de circulation actuels, nous ne pouvons tout simplement pas nous permettre d'avoir des voies de bus pour la plupart du temps inutilisées, tandis que les files s'accumulent sur les autres bandes de circulation."

Touring qualifie également "d'anti-démocratique" le processus décisionnel d'aménagement des bandes réservées aux bus. "Les représentants des autres usagers de la route n'ont pas leur mot à dire. De Lijn et la STIB ont un droit de veto. Seules les volontés des transports publics sont donc retenues", pointe l'organisation d'automobilistes.

"Il est souvent frappant de voir des voies réservées aux trams ou aux bus libres, alors qu'à côté, la circulation est totalement à l'arrêt. Nous devons donc nous interroger sur les coûts et les avantages d'une telle initiative", indique Touring jeudi dans un communiqué. L'organisation demande l'instauration de bandes de bus dynamiques afin de soulager le trafic "en cas d'embouteillages entraînés par un accident ou des travaux." "Les infrastructures de transport disponibles doivent être utilisées de façon optimale. Avec les problèmes de circulation actuels, nous ne pouvons tout simplement pas nous permettre d'avoir des voies de bus pour la plupart du temps inutilisées, tandis que les files s'accumulent sur les autres bandes de circulation." Touring qualifie également "d'anti-démocratique" le processus décisionnel d'aménagement des bandes réservées aux bus. "Les représentants des autres usagers de la route n'ont pas leur mot à dire. De Lijn et la STIB ont un droit de veto. Seules les volontés des transports publics sont donc retenues", pointe l'organisation d'automobilistes.