L'action sera introduite devant le tribunal francophone de Bruxelles dans le courant du mois de mai, le temps de préparer un argumentaire. "Nous faisons deux reproches. Premièrement, le non-respect de l'indépendance de la justice, par le manque de moyens alloués (le cadre n'est pas rempli). Deuxièmement, la violation du recours effectif à la justice pour les citoyens, notamment l'impossibilité de rendre la justice dans des délais raisonnables", explique Jean-Pierre Buyle, président d'Avocats.be

L'action sera introduite devant le tribunal francophone de Bruxelles dans le courant du mois de mai, le temps de préparer un argumentaire. "Nous faisons deux reproches. Premièrement, le non-respect de l'indépendance de la justice, par le manque de moyens alloués (le cadre n'est pas rempli). Deuxièmement, la violation du recours effectif à la justice pour les citoyens, notamment l'impossibilité de rendre la justice dans des délais raisonnables", explique Jean-Pierre Buyle, président d'Avocats.be