En Flandre, 11,4% de la population adulte a reçu sa première injection, contre 11,3% en Wallonie. En chiffres absolus, la Flandre (6.629.143 habitants) étant plus peuplée que la Wallonie (3.645.243 habitants), cette différence est nettement plus marquée : ainsi 611 100 Flamands ont reçu une première dose du vaccin, contre seulement 320 800 Wallons.
...

En Flandre, 11,4% de la population adulte a reçu sa première injection, contre 11,3% en Wallonie. En chiffres absolus, la Flandre (6.629.143 habitants) étant plus peuplée que la Wallonie (3.645.243 habitants), cette différence est nettement plus marquée : ainsi 611 100 Flamands ont reçu une première dose du vaccin, contre seulement 320 800 Wallons.Pour Philippe Devos, chef des soins intensifs au CHC de Liège et président de l'Association belge des syndicats médicaux (Absym), cet écart est dû à un manque d'efficacité des autorités wallonnes, même si évidemment les problèmes d'approvisionnement de vaccin au niveau européen jouent également un rôle."Les services wallons compétents sont tout simplement trop peu compétents pour organiser efficacement les centres de vaccination. Aujourd'hui encore, certains centres ont trop de vaccins et trop peu de candidats, et vice versa. C'est ce qui arrive quand on appelle les gens par courrier ou par lettre, au lieu d'utiliser un système d'inscription ou de réservation", explique-t-il à Knack.Anti-vaccins Ce manque d'efficacité n'est pas le seul problème, estime Philippe Devos. Selon lui, les francophones sont plus exposés à la propagande anti-vaccins. "Nous parlons la même langue que les Français et depuis dix ans, la France est championne du monde de la résistance aux vaccins. C'est paradoxal pour le pays natal de Louis Pasteur, mais c'est la réalité. Les Belges francophones sont constamment exposés, via les réseaux sociaux, à la propagande anti-vax de la France", déclare-t-il."En Flandre, les chaînes de télévision diffusent des campagnes du gouvernement pour inciter les gens à se faire vacciner. Les médecins généralistes flamands proposent des dépliants pour informer les gens. En Belgique francophone, il n'y a rien. Aucun spot télévisé n'explique pourquoi il est important de se faire vacciner. Ni à la RTBF, ni sur RTL, ni sur les chaînes de télévision locales, nulle part." Experts flamands Selon Devos, les autorités francophones n'ont pas investi un seul euro dans les campagnes d'informations. "Ajoutez à cela le fait que les experts les plus éminents de la crise Corona sont flamands - pensez à Erika Vlieghe ou Marc Van Ranst. Cela crée une distance supplémentaire et n'aide pas à faire passer le message correctement".L'AViQ (Agence wallonne pour une vie de qualité) contredit les propos de Devos. L'Agence a bel et bien mis en place une série d'outils censée informer la population. Le porte-parole cite notamment les spots publicitaires diffusés entre autres sur la RTBF, la campagne sur les réseaux sociaux qui fait appel à des influenceurs, les dépliants d'information, les webinaires destinés aux professionnels de la santé, et surtout le site jemevaccine.be, au coeur de la campagne.