Publiée mardi, cette longue investigation accompagnée d'une vidéo de près de deux heures accuse le président russe de bénéficier via des prête-noms d'une opulente résidence sur les bords de mer Noire. Le Kremlin a rejeté l'ensemble de ces affirmations. En deux jours, la vidéo a été vue environ 40 millions de fois sur YouTube. L'équipe de M. Navalny a aussi affirmé avoir reçu près de 10 millions de roubles (112.000 euros) de dons depuis que l'enquête a été diffusée. Cette vidéo a alimenté des milliers de publications sur les réseaux sociaux en soutien à l'appel à manifester samedi dans tout le pays pour la libération de M. Navalny, des rassemblements non-autorisés par les autorités. La jeunesse est particulièrement mobilisé sur Tik Tok. Le bureau du procureur général de Russie a réagi jeudi en annonçant préparer des mesures pour "limiter l'accès aux informations illégales" publiées en ligne et constituant des "appels à participer à des actions illégales de masse le 23 janvier 2021". La veille, le gendarme russe des télécommunications Roskomnadzor avait adressé un avertissement aux plateformes Tik Tok et Vkontakte, l'équivalent russe de Facebook, leur intimant de bloquer les contenus considérés comme des appels à "des mineurs à participer à des activités illégales". A la suite de son arrestation dimanche, à son retour d'Allemagne, M. Navalny a appelé à des manifestations contre le pouvoir dans tout le pays. Son équipe a prévu des rassemblements dans au moins 46 villes de Russie. L'opposant rentrait après plusieurs mois de convalescence suite à un empoisonnement présumé, dont il a accusé le Kremlin. Moscou rejette ces accusations, ne voyant aucune preuve d'un crime commis contre M. Navalny et dénonçant un complot anti-russe impliquant l'Occident. (Belga)

Publiée mardi, cette longue investigation accompagnée d'une vidéo de près de deux heures accuse le président russe de bénéficier via des prête-noms d'une opulente résidence sur les bords de mer Noire. Le Kremlin a rejeté l'ensemble de ces affirmations. En deux jours, la vidéo a été vue environ 40 millions de fois sur YouTube. L'équipe de M. Navalny a aussi affirmé avoir reçu près de 10 millions de roubles (112.000 euros) de dons depuis que l'enquête a été diffusée. Cette vidéo a alimenté des milliers de publications sur les réseaux sociaux en soutien à l'appel à manifester samedi dans tout le pays pour la libération de M. Navalny, des rassemblements non-autorisés par les autorités. La jeunesse est particulièrement mobilisé sur Tik Tok. Le bureau du procureur général de Russie a réagi jeudi en annonçant préparer des mesures pour "limiter l'accès aux informations illégales" publiées en ligne et constituant des "appels à participer à des actions illégales de masse le 23 janvier 2021". La veille, le gendarme russe des télécommunications Roskomnadzor avait adressé un avertissement aux plateformes Tik Tok et Vkontakte, l'équivalent russe de Facebook, leur intimant de bloquer les contenus considérés comme des appels à "des mineurs à participer à des activités illégales". A la suite de son arrestation dimanche, à son retour d'Allemagne, M. Navalny a appelé à des manifestations contre le pouvoir dans tout le pays. Son équipe a prévu des rassemblements dans au moins 46 villes de Russie. L'opposant rentrait après plusieurs mois de convalescence suite à un empoisonnement présumé, dont il a accusé le Kremlin. Moscou rejette ces accusations, ne voyant aucune preuve d'un crime commis contre M. Navalny et dénonçant un complot anti-russe impliquant l'Occident. (Belga)